Le gouvernement attendu la semaine prochaine sur le déconfinement

Le gouvernement attendu la semaine prochaine sur le déconfinement

Paris (AFP) - Le gouvernement met ce week-end la dernière main à ses premières propositions pour sortir la France du confinement, après avoir donné des pistes fluctuantes sur l'école ou les transports.

Port du masque ou non dans les transports, retour à l'école volontaire ou échelonné, commerces rouverts partout ou seulement dans certaines régions: autant de questions auxquelles le gouvernement doit encore répondre avant la présentation de son plan, sans doute mardi.

D'autant que les pistes évoquées cette semaine ont eu tendance à semer la confusion.

Une certitude, ce plan met en première ligne les élus locaux, consultés jeudi et vendredi par le Premier ministre et qui seront à nouveau reçus lundi par la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault.

Dans cette perspective, Edouard Philippe doit tenir "plusieurs réunions de travail durant le week-end sur les sujets prioritaires", dont les masques, les tests ou les transports.

Et le 5 mai, l'Assemblée nationale débattra du déconfinement.

En attendant, l'exécutif s'est employé à rassurer les secteurs parmi les plus touchés par l'épidémie de coronavirus et ses conséquences économiques.

- Dix milliards d'euros -

Vendredi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a promis une aide massive pour la compagnie Air France, précédant l'annonce par le gouvernement néerlandais d'une aide aussi importante pour KLM. Il a également évoqué une aide de cinq milliards d'euros pour le groupe automobile Renault.

Au total, ce sont quelque dix milliards d'euros dont bénéficiera le groupe aérien franco-néerlandais Air France-KLM, à condition toutefois, écologie oblige, de devenir "la compagnie aérienne la plus respectueuse de l'environnement de la planète".

Le président Emmanuel Macron s'est également efforcé de rassurer un autre secteur paralysé depuis plus de deux mois en raison du confinement, celui des restaurants, bars ou hôtels, lors d'une visioconférence vendredi avec leurs représentants.

- "Décision finale" -

L'accès au Fonds de solidarité sera élargi au 1er juin aux entreprises employant jusqu'à 20 salariés et réalisant jusqu'à 2 millions d'euros de chiffre d'affaires, contre 10 salariés et 1 million de chiffre d'affaires. Le montant de l'aide sera doublé à 10.000 euros au maximum.

En revanche, la filière devra attendre la fin mai pour connaître la "décision finale" du gouvernement sur la réouverture des portes. Bruno Le Maire a mis en garde contre toute "précipitation" faisant courir le risque d'une deuxième vague épidémique.

"S'il y a une relative sérénité" dans l'évolution de l'épidémie, une réouverture pourrait avoir lieu "entre le 2 juin et le 20 juin", a estimé le chef multi-étoilé Alain Ducasse, joint par l'AFP après la réunion.

A moins de trois semaines du début de la levée progressive du confinement, le 11 mai, l'épidémie de coronavirus a fait 22.245 morts en France, avec 389 nouveaux décès enregistrés en 24 heures, mais le nombre de patients hospitalisés en réanimation poursuit sa baisse, continue depuis 16 jours.

Les personnels soignants continuent toutefois à payer un lourd tribut.

Le docteur Kabkéo Souvanlasy, réfugié du Laos et médecin généraliste en Seine-Saint-Denis depuis 33 ans, a succombé au virus, laissant un "vide" dans un département qui manque cruellement de praticiens.

- "Un grand Monsieur" -

"Nous avons perdu un grand Monsieur, plein de bonté et d'humanité, qui s'est sacrifié pour sauver les autres!", a écrit une patiente sur la page Facebook ouverte en sa mémoire.

Et dans le Territoire de Belfort, une aide-soignante de 52 ans est morte après plusieurs semaines de réanimations, suscitant une vive émotion dans la région.

Depuis le début de l'épidémie, 25 professionnels de santé au moins sont décédés du Covid-19 en France, selon un décompte effectué par l'AFP.

En attendant le déconfinement, des entreprises ou artisans s'y préparent déjà. Les vendeurs de tissu ont ainsi été autorisés dès vendredi à rouvrir pour donner aux Français la matière première nécessaire à la fabrication de masques "maison".

Et les commerçants de neuf marchés parisiens couverts ont été autorisés à vendre à distance leurs produits, soit par la livraison à domicile, soit par le retrait des commandes à l'entrée des marchés.

Le monde du football, impatient et attendu, se prépare lui aussi. Les joueurs vont retourner dans leurs centres d'entraînement dès le 11 mai, pour y subir d'abord un bilan médical complet après deux mois d'inactivité.

Les clubs ont également poussé un ouf de soulagement après l'accord obtenu vendredi entre la Ligue et ses diffuseurs Canal+ et beIN Sports, qui payeront bien les matches de L1 et de L2 déjà disputés, apportant plusieurs millions d'euros à des clubs parfois en grande difficulté financière.

En revanche, les commerçants et entreprises à Paris n'ont guère de quoi se réjouir: les cambriolages y ont bondi de plus de 50% au premier trimestre 2020, par rapport à 2019.

burs/ob/ybl/shu