Qui gouverne l'Amérique? Malgré sa majorité, Biden bridé face aux Etats conservateurs

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Promesse de protéger la liberté d'avorter, l'accès au vote ou de renforcer les lois encadrant les armes à feu: même s'il contrôle les grands leviers du pouvoir à Washington, Joe Biden se heurte, pour mettre en œuvre son programme, à une offensive conservatrice lancée depuis de puissants Etats américains.

Le président démocrate n'a pas mâché ses mots contre deux lois qui viennent d'entrer en vigueur dans le grand Etat du Texas, gouverné par le républicain Greg Abbott.

Sa réforme électorale? "Un assaut contre la démocratie". Sa législation interdisant l'immense majorité des interruptions volontaires de grossesse? Un encouragement "pernicieux" à la délation de ceux qui aident les femmes à avorter.

Et pourtant, même s'il a promis de combattre ces deux textes, Joe Biden n'a que peu de moyens à sa disposition pour les contrer.

Les démocrates contrôlent certes la Maison Blanche et les deux chambres du Congrès, mais leur majorité au Sénat est trop étroite pour leur permettre d'adopter des lois fédérales sur ces deux grands fronts, qui s'appliqueraient à tous les Etats.

Même chose pour la lutte contre les armes à feu, ou une réforme de la police annoncée par les démocrates après la mort de George Floyd, homme afro-américain tué par un policier blanc en 2020.

Et même si Joe Biden disposait d'une majorité suffisante, les 50 Etats américains sont très puissants à l'heure de légiférer.

"Dans notre constitution, le 10e amendement dit en essence que tout ce qui n'est pas expressément sous l'autorité du gouvernement fédéral revient aux Etats", explique Capri Cafaro, enseignante à l'American University et ex-sénatrice démocrate au parlement de l'Ohio.

"Ce système fédéral (...) donne lieu à des bras de fer entre Washington et les Etats."

- "Soif de pouvoir" -

Traditionnellement, les républicains estiment que le gouvernement fédéral a trop de poids et que son ingérence est malvenue. Un credo apparu clairement dans la réaction du sénateur texan Ted Cruz après la promulgation mardi de la nouvelle loi électorale sur ses terres:

"Cela devrait résonner comme un message clair aux politiciens de Washington qui ont soif de pouvoir: il revient aux Etats d'établir les lois électorales et les tentatives du gouvernement fédéral de prendre d'assaut nos élections ne devraient jamais aboutir", a écrit le sénateur qui siège... à Washington.

Les démocrates sont aussi bien conscients de cette décentralisation du pouvoir.

"L'accès à l'avortement se décide de plus en plus au niveau des Etats", a souligné Heather Williams, responsable des campagnes démocrates pour remporter des sièges dans les parlements locaux, après l'entrée en vigueur la semaine dernière de l'autre loi texane controversée.

"Si nous ne défendons pas nos majorités démocrates (...), les avancées dans les droits des femmes à contrôler leur corps risquent d'être perdues."

Son appel sonne d'autant plus sombre pour le parti que les républicains ont su, eux, s'emparer de ces leviers locaux: dans 31 Etats sur 50, ce sont eux qui contrôlent le pouvoir législatif.

- Les démocrates, "responsables" de l'échec -

"Ils ont intelligemment concentré leur temps, argent et énergie en 2010 dans leur victoire à la Chambre des représentants" à Washington, mais aussi dans de nombreuses "assemblées dans les Etats", souligne Wendy Schiller, professeur en sciences politiques à l'université Brown, dans le Rhode Island.

Ils avaient à l'époque gagné une avance "d'au moins 1.100 sièges face aux démocrates" au niveau de tous les parlements. Cet avantage avait légèrement diminué en 2018, mais en 2020, le "parti républicain a de nouveau pris de l'avance".

Ces majorités sont cruciales, car elles permettent aux républicains de piloter dans une vingtaine d'Etats le grand processus de redécoupage électoral lancé après le recensement de 2020.

Pour Wendy Schiller, "le parti et les électeurs démocrates sont responsables de l'échec de ne pas avoir prêté attention à ces élections législatives clés dans les Etats" en 2010 puis 2020, années du recensement décennal.

Dans ce contexte, Joe Biden a-t-il une chance de faire avancer toutes ses priorités?

"Cela sera extraordinairement difficile", juge Capri Cafaro.

Les démocrates vont tenter d'adopter avec leurs seules voix son grand plan de réformes sociales, d'un montant prévu de 3.500 milliards de dollars, grâce à une manœuvre parlementaire. Mais sur les autres grands fronts, Joe Biden ne pourra sans doute qu'apporter un "changement progressif", juge-t-elle.

"Or le changement progressif semble aujourd'hui insuffisant aux yeux de nombreux électeurs américains", qui ont soif de vraie transformation.

elc/rle

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles