La gourou de Lisieux tente de justifier ses actes

" Je suis sous le choc ". Jugée depuis lundi, Françoise Dercle, soupçonnée d'être le gourou d'une secte, a pris la parole à la sortie du tribunal correctionnel de Lisieux (Calvados). D'une voix fragile, elle dit " ne pas comprendre " les accusations portées contre elle. " On m'a rejetée en me disant : tout le monde a peur de vous ", explique-t-elle au micro de " RTL ". Entre 2002 et 2007, Françoise Dercle, 56 ans, a fait subir des violences sexuelles et physiques aux membres de la secte qu'elle dirigeait. " Oui, j'ai demandé à des mères d'avoir des rapports sexuels avec leurs fils, mais on était dans une vibration, on était dans une autre dimension, la cinquième ", aurait déclaré l'accusée durant le procès, rapporte son avocat. Pour excuser ses actes, elle évoque une espèce de " transe " dans laquelle le groupe était plongé. La femme-gourou est également accusée d'avoir soutiré près de 400 000 euros à ses adeptes." Une prison mentale "" Les anciens adeptes rapportent avoir connu l'enfer d'une prison mentale sur fond de violences morales, physiques et sexuelles, fruit d'une emprise totale de la part du gourou ", a plaidé de son côté Pascal Rouiller, l'avocat d'une des victimes présumées et de sa famille, constituées parties civiles.

En 2004, ce sont les parents d'une des victimes, originaire d'Angers, qui, les premiers, ont dénoncé les agissements de Françoise Dercle en déposant plainte. Deux ans plus tard, une autre victime parle à son tour, en confiant son calvaire au maire de Lisieux. La femme-gourou qui se faisait appeler " la Reine " sera finalement arrêtée en juin 2007. Le procès se termine ce mercredi par les réquisitions du procureur.

Retrouvez cet article sur elle.fr

Affaire des " reclus de Monflanquin " : le gourou face à la justice
Canada : Un gourou accusé de polygamie
Une nounou condamnée pour enfants trop bruyants
Scientologie : la fin d'une secte ?

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.