Gopro, les 5 raisons de la descente aux enfers

Problème de drone, panne d'innovation, concurrence accrue : GoPro fait face à un mur de difficultés. Et doit vite se réinventer. 

Et de trois : l'annonce de la suppression de 270 postes chez GoPro est le troisième plan de licenciement en moins de 18 mois chez le concepteur de la première caméra d'action. Géant dans son domaine, la très médiatique entreprise californienne s'est rapidement fait un nom, la marque GoPro définissant le genre même des caméras d'action.

Profitant d'une marque tellement puissante que la concurrence est longtemps restée inaudible, la société fondée en 2002 par Nick Woodman a commencé à tanguer en 2015. Petite analyse des raisons de la descente aux enfers de l'une des pépites les plus cools de la Silicon Valley.

Raison 1 : mauvais Karma

GoPro avait annoncé l'arrivée de son drone un an avant sa commercialisation effective en octobre 2016. Outre le problème le fait que le rappel causé par un problème de batteries a fait aux finances et a écorné l'image de la marque, les investissements auxquels l’entreprise a dû consentir pour passer de développeur de caméras embarquées à celui de concepteur d'engin volant ont été conséquents. Refusant d'acheter une marque déjà établie, GoPro est parti de zéro et a donc dû acquérir les savoir-faire par elle-même. Mais pendant que GoPro apprenait, le leader du segment DJI continuait de progresser. Et enfonçait allègrement le Karma avec son Mavic Pro.

Or, pendant que GoPro apprenait à voler, la marque investissait moins dans ses caméras.

Raison 2 :...

Lire la suite sur 01net.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages