Google et la presse belge enterrent la hache de guerre et trouvent un accord

Un véritable partenariat« Nous sommes aujourd'hui ravis de tourner la page. » Cette phrase rédigée par Thierry Geerts, directeur général de Google en Belgique, est lourde de sens, tant le conflit entre sa société et Copiepresse n'a que trop duré. Une opposition qui a notamment mené à des déréférencements dans Google Actualités (notamment l'an passé) en guise de représailles. Copiepresse est une société gérant les droits d'auteur de la presse belge, dont Le Soir, La Libre Belgique, L'avenir et La Dernière Heure. Quatre grands axes d'association entre Google et la presse ont été listés par le moteur de recherche, les voici :- Promouvoir les services des éditeurs et de Google : Google fera la promotion de ses services dans les médias des éditeurs, tandis que les éditeurs de presse feront appel aux solutions publicitaires de Google, en particulier AdWords, pour attirer de nouveaux lecteurs ;- Augmenter les revenus des éditeurs, en travaillant ensemble à la monétisation de leurs contenus via des modèles premium (paywall, abonnements) et des solutions publicitaires telles que les plateformes AdSense et AdExchange ;- Renforcer la participation des lecteurs en implémentant sur les sites d'information les outils sociaux de Google+, notamment la fonctionnalité de vidéos Hangouts, et en lançant des chaînes YouTube officielles ;- Améliorer l'accès au contenu original des éditeurs en favorisant sa distribution sur les plateformes mobiles, en particulier sur les smartphones et les tablettes.Comme le montre parfaitement ces quatre points, il s'agit donc bien ici d'un partenariat donnant-donnant, dès lors que les sites belges vont exploiter les outils de Google, qui en échange investira sur ces mêmes sites et leur donnera un maximum de visibilité, notamment sur les plateformes mobiles.« Mettre nos griefs de côté »« De nombreuses solutions “gagnant-gagnant” peuvent être trouvées si Google et les éditeurs unissent leurs efforts (...) Lire la suite sur PCInpact.com

Google et la presse belge enterrent la hache de guerre et trouvent un accord

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.