Google, droits voisins : Daniel Kretinsky dénonce "un accord injuste"

·1 min de lecture

Il y a un an, la France suivait la dynamique lancée par une directive européenne et votait une loi stipulant que les agrégateurs de contenus quels qu’ils soient doivent reverser aux éditeurs une partie des revenus qu’ils génèrent grâce aux contenus produits par ces même éditeurs. Concrètement, l'objectif est d'amener Google à payer les titres de presse français pour pouvoir diffuser leurs articles. Le géant américain se défend en mettant en avant la visibilité donnée aux contenus des éditeurs grâce à ses services. Alors que le bras de fer continue entre la presse française et le Google, Daniel Kretinsky, PDG et actionnaire principal de CMI France, prend la parole pour dénoncer la stratégie de l'agrégateur d’informations.

À lire également

"Je n'ai aucune aide et 70 000 euros de frais mensuels" : nouveau coup de gueule de Philippe Etchebest (VIDEO)

"Un journal, ou une radio ou une chaîne de télévision, sont responsables des contenus qu’ils publient ou diffusent. Leurs journalistes sont soumis à des règles déontologiques. Leur travail est encadré par une législation assez sévère : diffamation, respect de la vie privée, droit de réponse… la liste est longue ! Et les Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple ndl... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi