Google développe une IA qui privilégie naturellement le partage équitable des richesses

Qui aurait cru que Google serait à l’origine d’une expérimentation pour le partage équitable des richesses ? C’est pourtant bien ce qui s’est passé. Des chercheurs de la branche DeepMind de la compagnie américaine ont publié un article dans la revue Nature Human Behaviour, pour expliquer leur travail sur le développement d’une intelligence artificielle dite démocratique. Un article de Vice revient sur cette recherche, en français. En clair, plusieurs personnes ont pris part à une expérience commune en économie appelée le “jeu du bien public”. Le principe est simple. Chaque joueur reçoit 10 jetons et peut les conserver ou participer à une cagnotte commune. C’est là que l’intelligence artificielle entre en jeu. Car la cagnotte commune pouvait être reversée aux joueurs selon trois modèles différents.

Les joueurs pouvaient choisir un modèle de redistribution libertaire, en fonction de la contribution de chaque joueur, ou égalitaire, chaque participant obtenant exactement la même somme indépendamment de ce qu’il avait versé au départ. Deux systèmes économiques humains bien connus. Mais c’est le troisième système, créé par l’intelligence artificielle, pour lequel les participants à l’étude ont opté. Appelé mécanisme de redistribution centré sur l’humain, celui-ci consiste à redistribuer les richesses en tenant compte des avantages et désavantages des joueurs au début du jeu.

Sur le même sujet ⋙ L'intelligence artificielle pourrait aider à la conception de nouveaux médicamentsNon, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’Écosse rend les protections périodiques gratuites… et désigne un homme pour gérer le dossier
On ne devient pas trans par “effet de mode” : une étude d'ampleur détruit l’argument préféré des transphobes
Sur internet, des enfants de plus en plus jeunes incités à envoyer des contenus pédopornographiques
Une vidéo virale montre Ariana Grande ado "sexualisée et infantilisée" sur la chaîne Nickelodeon
À Londres, l’histoire de Jeanne d’Arc se joue en non-binaire (et ça ne plaît pas à tout le monde)