Google : une amende de 1,1 million d’euros pour un classement trompeur des hôtels

·1 min de lecture

Une enquête de la répression des fraudes pointe du doigt le système de notation des hôtels élaboré par le célèbre moteur de recherche qui, jusqu'en septembre 2019, ne correspondait pas aux critères officiels.

Une amende salée : 1,1 million d’euros. C'est ce qu'ont accepté de payer Google Ltd France et Google Irlande (siège européen du moteur de recherche) dans le cadre d'une transaction pénale et avec l'accord du procureur de la République de Paris. Une sanction infligée à la suite d'une enquête de la répression des fraudes accusant Google d'avoir mis en place un système de notation des hôtels parallèle, différent de celui pratiqué officiellement en France.C’est après une série de plaintes émanant d’hôteliers surpris de voir un référencement ne correspondant pas à leur note officielle que la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a lancé une vaste enquête qui, en 2019 et 2020, a comparé les notes de 7 500 établissements. Ses conclusions sont sans appel : jusqu'à l'automne 2019, Google a " substitué au classement Atout France une classification établie selon ses propres critères " qui " prêtait grandement à confusion par sa présentation et par l'utilisation identique du terme "étoiles", selon la même échelle allant de un à cinq, pour classer les hébergements touristiques ". Une pratique qu'elle estime " particulièrement dommageable pour les consommateurs, trompés sur le niveau de prestations auxquels ils...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

1 000 euros pour les jeunes pros : un rattrapage en trompe-l'œil de la réforme des APL

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

En plein duel sur la rémunération des médias, Google menace l'Australie de suspendre son moteur de recherche

Droits voisins : Google signe un accord pour rémunérer la presse quotidienne

Création d'un syndicat chez Google : "On parle ici plus de revendications morales qu'économiques"