Google accusé de ne pas payer à l’identique les hommes et les femmes

Morgan
Au Royaume-Uni, les utilisateurs d’iPhone pourraient obtenir 500£ de Google

Si Google jouit d'une image très sympathique pour ses conditions de travail, il semblerait que le géant fasse preuve de discriminations envers ses employés féminins, sur la question du salaire en tout cas, si l'on en croit la récente accusation lancée par le département du Travail (DoL) des États-Unis.

Dans le cadre d'une vaste enquête, le gouvernement a collecté des données suggérant que le géant de l'IT viole les lois fédérales sur l'emploi en ce qui concerne les salaires des femmes : "nous avons trouvé des disparités nuisant aux employés féminins dans presque tous les effectifs", déclarait sous serment Janette Wipper, directrice régionale du DoL.

L'enquête n'est pas terminée mais "l'analyse du gouvernement à l'heure actuelle indique que cette discrimination envers les femmes est assez extrême, même dans cette industrie." Google, de son côté, nie en bloc ces accusations, accusations qui ont été formulées après l'ouverture d'une enquête par le DoL en Janvier dernier pour analyser finement les données de salaire de la société.

Google étant un contractuel fédéral, il est dans l'obligation de répondre à ce genre de demande. Mas le géant avait plusieurs fois refusé, arguant notamment de la confidentialité de la majorité de ces données.

Aujourd'hui, le DoL "veut comprendre les causes de ces disparités". Ce ne sera pas chose aisée, semble-t-il, car, comme l'explique Marc Pilotin, un avocat du département du travail, "pour une raison quelconque, Google veut cacher les données relatives aux paies."

Pour Google, c'est incompréhensible : "chaque année, nous réalisons une analyse complète et robuste des salaires selon les genres et nous n'avons trouvé aucun fossé de ce genre. À part les affirmations sans fondement que nous avons entendu pour la première fois devant la cour, le Dol n'a fourni aucune donnée ni même partagé sa méthodologie."

Google n'est pas la première société à (...)Lire la suite sur ubergizmo.fr

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages