Golshifteh Farahani: "Alain Chabat est la seule personne en France qui comprend mon sens de l’humour"

1 / 2

Golshifteh Farahani: "Alain Chabat est la seule personne en France qui comprend mon sens de l’humour"

Depuis le début de sa carrière, l’actrice iranienne Golshifteh Farahani, qui a quitté son pays en 2008, n’a pas souvent ri au cinéma. À l’affiche de quelques comédies (Deux amis, Santa & cie), elle n’y est jamais à l’origine du rire. Pourtant, elle aime la comédie. Elle y consacre actuellement toute son énergie: "C’est tout ce que j’aime faire en ce moment. Je crois qu’on peut trouver beaucoup de sens dans la vie grâce à la comédie", dit-elle. 

Son actualité lui donne raison: l’actrice est à l’affiche ce mercredi 12 février d’Un divan à Tunis, une comédie ensoleillée et pétillante sur une femme de retour en Tunisie après la révolution de 2011 pour y ouvrir un cabinet de psychanalyse. "On a Dieu, on n’a pas besoin de ses conneries", entend son personnage dès son arrivée à Tunis.

Situations absurdes et gens un peu "ouf"

"L’Orient passe par la prière, et non par la psychanalyse”, analyse l’actrice. "L’Orient est spirituel et l’Occident scientifique. La beauté de la vie se découvre quand on arrive à mêler spiritualité et science". Les journalistes se sont empressés de voir dans son personnage un écho de sa situation.

"Tout le monde me pose des questions sur l’exil, mais moi j’ai vu dans le film l’histoire d’une fille qui va en Tunisie et se retrouve au milieu de situations absurdes et de gens un peu 'ouf', comme vous dites. Elle essaie de faire ce qu’elle a envie de faire. C’est ce que j’ai...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi