« Godzilla vs Kong » : choc de titans, fiasco géant

Par Philippe Guedj
·1 min de lecture
Choc de titans, arnaque en grand :  Godzilla vs Kong d'Adam Wingard
Choc de titans, arnaque en grand : Godzilla vs Kong d'Adam Wingard

C'est une autre épidémie à laquelle il faudra désormais s'habituer : l'effondrement abyssal, tel un puits sans fond, du niveau intellectuel mais aussi technique des blockbusters hollywoodiens. En nette croissance à l'orée des années 2010, la tendance est vraiment devenue lourde ? dans tous les sens du terme ? depuis environ cinq ans. Les lecteurs fines gueules du Point Pop ne le savent que trop, nous qui exprimons régulièrement notre abattement à chaque nouvelle purge, malgré des attentes révisées sans cesse à la baisse. Et c'est à peine remis de l'effroyable dinde Wonder Woman 1984 que nous recevons en pleine poire l'uppercut Godzilla vs Kong, lequel nous laisse KO debout, assommés. Terrassés. Irradiés. Toujours plus gros, toujours plus Kong, ce quatrième long métrage radioactif de la franchise du « monsterverse », lancée de concert en 2014 par les studios Warner Bros et Legendary, illustre à son tour l'inexorable déclin décennal des machines à divertir venues de l'Ouest. Mais cette fois, les proportions du ratage dépassent l'entendement et, dans les renoncements qu'elles révèlent, confirment l'inquiétante marche de Hollywood vers une idiocratie quasi systémique.

Conclusion de la préparation au combat des deux titans au fil des trois films précédents de la saga, Godzilla vs Kong s'ouvre sur la destruction par Godzilla, à Pensacola (Floride), d'une base ultrasecrète de l'organisation Apex Cybernetics. Cette dernière cherche à contrôler la source d'énergie [...] Lire la suite