Go Sport : une enquête préliminaire pour « abus de bien sociaux » ouverte par le parquet de Grenoble

© Philippe HUGUEN / AFP

Décidément, l’ambiance doit être morose au sein du directoire de Go Sport . En difficulté financière et en attente d’une décision du parquet de Grenoble sur un éventuel placement en redressement judiciaire, l’entreprise, qui emploie près de 2 160 salariés en France, est désormais sous le coup d’une nouvelle action en justice. Le parquet a indiqué, ce mercredi, avoir ouvert une enquête préliminaire pour « abus de biens sociaux ». Le procureur adjoint de Grenoble, François Touret de Coucy, a confirmé que « les commissaires aux comptes ont transmis plusieurs révélations de faits délictueux », qui ont permis à la section de recherches de la gendarmerie d’ouvrir cette enquête.

Lire aussi - Go Sport va-t-il sombrer à son tour ?

Révélée par Libération , cette affaire tourne autour de « deux ponctions suspectes » d’un total de 50 millions d’euros sur la trésorerie de l’entreprise. La première, chiffrée à près de 18 millions d’euros, aurait servi à payer les salaires de l'entreprise de prêt-à-porter Camaïeu juste avant sa liquidation début décembre. Camaïeu et Go Sport sont en effet deux entités détenues par Hermione People & Brandes (HPB).

La deuxième, de 36 millions d’euros, aurait été utilisée pour financer l'achat du réseau de 21 magasins de vêtements Gap, racheté pour un euro par HPB. Problème, Go Sport a bénéficié de deux prêts garantis par l’État d’un montant de 55 millions d’euros. Ces financements étaient censés aider l’entreprise à surmonter ses difficultés financières lié...


Lire la suite sur LeJDD