Quel goût a le Petrus revenu de l'espace ?

Futura avec l'AFP-Relaxnews
·2 min de lecture

Bonne nouvelle : même après 14 mois dans l'espace, ce grand cru de 20 ans — coté vers 5.000 euros — est resté « un très grand vin «, selon les premières conclusions de l'Institut des sciences de la vigne et du vin ( ISVV) de l'université de Bordeaux dévoilées mercredi. Depuis février, l'ISVV, à Villenave-d'Ornon (Gironde), est chargé d'analyser les 12 bouteilles de ce Pomerol et la moitié des 320 sarments de vigne de merlot et cabernet sauvignon envoyés pendant 14 et 10 mois sur la Station spatiale internationale (ISS), à l'initiative de la start-up européenne Space Cargo Unlimited (SCU).

Tout l'enjeu de la mission Wise est de vérifier si l'environnement spatial, avec ses radiations et sa micro-gravité, a modifié les caractéristiques du vin, et surtout si l'apesanteur peut rendre la vigne plus résistante. « Notre approche est de penser que les plantes qui auront su résister à l'absence de gravité seront plus résilientes, plus en capacité de réaction à des stress (…) comme le changement climatique », estime le Girondin Nicolas Gaume, président, et cofondateur avec Emmanuel Etcheparre de SCU.

Une quinzaine de chercheurs sont utilisés dans ce programme privé de recherche en partenariat avec l'université d'Erlangen (Allemagne) et le Centre national d'études spatiales (Cnes). Revenus mi-janvier sur Terre à bord du cargo Dragon de la société SpaceX, la moitié des sarments ont été replantés dans les serres du leader mondial des pépinières viticoles, le Groupe Mercier, pour des débouchés futurs. L'autre moitié, à l'ISVV, est comparée et analysée avec des lots identiques restés sur Terre, quant à eux.

Le vin peut-il changer de goût dans l'espace ? © Philippe Lopez, AFP
Le vin peut-il changer de goût dans l'espace ? © Philippe Lopez, AFP

Un vin céleste, un avant-goût du paradis ?

Un test olfactif, visuel et dégustatif conduit le 1er mars a permis d'obtenir une première photographie de l'odyssée spatiale du vin. Ce jour-là, deux bouteilles « anonymisées » de petrus ont été présentées à l'aveugle à un panel de 12 personnes, amateurs et...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura