Le goût de Paris : le crash kebab de Forest

·1 min de lecture
Le crash kebab signé Julien Sebbag
Le crash kebab signé Julien Sebbag

Pour être honnête, c?est loin d?être le plat le plus « instragrammable » que nos couverts aient croisé depuis la réouverture des restaurants ? le 19 mai en extérieur, le 9 juin en intérieur. À l?heure où les foodistas en chef ont décrété qu?il fallait privilégier le beau sur le bon, on s?est dit que nous n?étions pas là pour manger l?assiette avec le flash de notre smartphone, mais plutôt nous régaler avec ce qu?il y a dedans. Peu importe l?esthétique pourvu que ce soit extatique. Ce fut le cas avec le crash kebab signé Julien Sebbag chez Forest, sa toute dernière adresse ouverte fin mai avec la complicité de Moma Group de Benjamin Patou au musée d?Art moderne, dans le 16earrondissement.

Julien Sebbag sur la terrasse du Musée d'Art Moderne © Marilyn ClarkL?objet du flagrant délice servi dans ce refuge ? 160 places en terrasse et 85 en salle ? à la scénographie de « nature postapocalyptique » : un emblème de la street food revisité en version post-moderne orientale. Le résultat ? Une galette de b?uf épicé écrasée et grillée des deux côtés sur laquelle est déposée une aubergine entière cajolée à la braise débarrassée de sa peau puis nappée au dernier moment de thina crue (crème de sésame). La touche finale, un arc-en-ciel de tomates cerises (jaunes, vertes, rouges) parsemé de pignons de pin, d?ail des ours et de basilic ciselés et d?oignon rouge.

À LIRE AUSSINos 30 nouvelles terrasses à (absolument) réserver à Paris

Explosions de saveurs

En bouche, c?est une v [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles