La goélette “Tara” arrive sur les côtes africaines

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La goélette “Tara” arrive sur les côtes africaines
Photo Sophie Squillace
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En apprenant le décès du grand acteur et réalisateur Jacques Perrin, je replonge dans un monde fantastique et pourtant bien réel en regardant son film Océans (2009). Les océans nous invitent au plus beau des rêves, pourvu que leurs eaux et leurs créatures cessent d’être agressées et soient toujours mieux protégées. Le lendemain, encore envoûtée par ce que l’univers marin évoque, j’apprends que la goélette Tara, de la Fondation Tara Océan, fait escale au Cap après une transatlantique de quarante-neuf jours. Voilà ma chance ! Rendez-vous au Waterfront afin de poursuivre le voyage vers les océans.

Une grande aventure humaine et scientifique

Tara, c’est un magnifique voilier de 36 mètres, un grand laboratoire flottant sillonnant les océans pour mieux comprendre la biologie marine. Depuis 2003, la goélette a déjà parcouru près de 450 000 km, faisant escale dans plus de soixante pays lors de douze expéditions.

Après s’être intéressé au plancton, à la pollution plastique et aux récifs coralliens, le but de la mission actuelle est d’étudier un peuple invisible caché sous la surface : le microbiome marin. Les micro-organismes marins tiennent une place essentielle dans l’océan, représentant plus des deux tiers de la biomasse marine. Le fonctionnement de ce monde invisible reste pour l’heure encore largement méconnu.

Pour cette “Mission microbiomes”, ce sont quelque quatre-vingts chercheurs qui se relaient à bord du navire et près de deux cents scientifiques impliqués à travers le monde. Durant un an et demi, l’équipe de Tara a déjà étudié les eaux chiliennes, caribéennes, brésiliennes et argentines. Ils ont également effectué une mission en mer de Weddell, en Antarctique. Comme à chaque mission, l’équipe à bord collecte des échantillons qui seront ensuite envoyés pour étude dans les laboratoires participant au projet.

La Mission microbiomes sur la côte ouest de l’Afrique vient de débuter et durera cinq mois. Après l’Afrique du Sud, la goélette passera par six pays africains, où elle fera étape : Namibie, Angola, République démocratique du Congo, République du Congo, Gambie et Sénégal, avec une arrivée prévue à Dakar début septembre. Ces zones africaines sont parmi les plus productives de la planète. Notamment le courant du Benguela, qui remonte depuis l’Afrique du Sud vers les côtes de Namibie et d’Angola. Au sud, les eaux de l’Atlantique se mêlent à celles de l’océan Indien, donnant de multiples tourbillons qui vont jusqu’au Brésil. Le long de ces côtes, les eaux froides remontant des profondeurs, aussi appelées upwellings, amènent des nutriments vers la surface. Très productif en poissons car très riche en nutriments, le courant a un écosystème foisonnant et varié, et une influence considérable sur l’océan Atlantique sud. Tara aura aussi pour mission d’analyser l’influence de trois des principaux fleuves africains sur l’océan Atlantique.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles