Le GNL américain, la solution pour réduire notre dépendance au gaz russe ?

© AFP

C’est l'un des objectifs de l’Union européenne depuis le 24 février dernier et le début de l’invasion de l’Ukraine : réduire sa dépendance au gaz russe. Un besoin qui se fait d'autant plus ressentir que les 27 comptent mettre en place un embargo sur le pétrole russe . L'indépendance au gaz venu de Moscou pourrait passer par les États-Unis, et par le GNL, gaz naturel liquéfié, dont l'oncle Sam est un important producteur. En France, Engie vient même de signer un gros contrat l'américain Nextdecade, spécialisé dans le GNL.

>> LIRE AUSSI - Guerre en Ukraine : ce que se sont dit Emmanuel Macron et Vladimir Poutine au téléphone

1,75 million de tonnes de GNL par an sur 15 ans

Pendant 15 ans, l’entreprise va fournir 1,75 million de tonnes de GNL par an à Engie à partir d’une extraction au Texas. L'approvisionnement commencera en 2026. Un contrat qui doit sécuriser notre approvisionnement en gaz, et qui témoigne de la volonté de l’UE et de la France de s’affranchir durablement du gaz russe.

Mais là où le bât blesse, c’est que le gaz naturel liquéfié est souvent issu d'une fracturation hydraulique, c'est-à-dire un gaz de schiste, extrait de la roche. Une technique interdite en France car jugée trop néfaste pour l'environnement. Un véritable revirement pour Engie donc, qui illustre bien la difficulté pour la France et l'Europe de trouver des alternatives au gaz russe, pointe au micro d’Europe 1 Nicolas Godlberg, spécialiste de l’énergie. "Il y a une certaine contradiction europé...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles