Les glissements de terrain les plus meurtriers dans le monde depuis 2010

Le président colombien Juan Manuel Santos sur les lieux du drame, le 1er avril 2017

Paris (AFP) - Rappel des glissements de terrain les plus meurtriers dans le monde depuis 2010, après la catastrophe survenue en Colombie.

- Colombie: des précédents -

Le 18 mai 2015, de fortes pluies font 92 morts dans un glissement de terrain à Salgar, localité de quelque 18.000 habitants située dans une région montagneuse à une centaine de kilomètres de Medellin (nord-ouest). Le 5 décembre 2010, un éboulement dans une banlieue de Medellin fait 45 morts et une centaine de disparus.

- 280 morts au Guatemala -

Le 2 octobre 2015, un glissement de terrain dû aux intempéries ravage le village de Santa Catarina Pinula, à 15 km à l'est de la capitale, faisant 280 morts et 70 disparus. Plus d'une centaine de maisons sont ensevelies.

- Brésil: les favelas vulnérables -

Le 12 janvier 2011, des inondations et glissements de terrain, dus à des pluies diluviennes, dévastent la région montagneuse proche de Rio de Janeiro (sud-est) et font plus de 800 morts. Le 7 avril 2010, une favela à Niteroi, près de Rio, est dévastée par un glissement de terrain, 200 habitants sont portés disparus. Quelques jours plus tôt, des pluies torrentielles avaient provoqué inondations et éboulements dans le même Etat faisant 250 morts.

- 350 morts en Afghanistan -

Le 2 mai 2014, un torrent de boue et de pierres déferle le long d'une vallée encaissée et dévaste principalement le village d'Aab Bareek dans le Badakhshan (nord-est) où vivent plusieurs centaines de familles. Au moins 350 personnes meurent, selon l'ONU.

- 350 morts en Ouganda -

Le 1er mars 2010, environ 350 personnes sont ensevelies dans une coulée de boue qui ravage trois villages, dans la région du mont Elgon (est).

- Moussons meurtrières en Inde -

Le 15 juin 2013, des inondations et glissements de terrain dus aux pluies torrentielles de la mousson précoce font près de 6.000 morts dans le nord de l'Inde, notamment dans l'Etat de l'Uttarakhand.

Le 5 août 2010, des précipitation exceptionnelles dans la région himalayenne du Ladakh (nord) provoquent des coulées de boue qui dévastent Leh, la ville principale, et ses alentours. Quelque 189 personnes meurent et au moins 400 sont portées disparues.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages