Publicité

Glissement de sol pollué au Danemark: une enquête lancée pour établir les responsabilités

Vue aérienne des travaux de nettoyage d'un site appartenant à la société Nordic Waste après un glissement de terrain pollué près de Randers, le 25 janvier 2024 dans l'ouest du Danemark (Bo Amstrup)
Vue aérienne des travaux de nettoyage d'un site appartenant à la société Nordic Waste après un glissement de terrain pollué près de Randers, le 25 janvier 2024 dans l'ouest du Danemark (Bo Amstrup)

Le gouvernement danois a annoncé vendredi avoir lancé une enquête pour établir les responsabilités suite à un glissement de terrain pollué dans l'ouest du pays qui menace l'environnement local.

Depuis décembre, la terre glisse au sud de Randers (ouest) sur le site de Nordic Waste, une entreprise spécialisée en dépollution des sols et qui est depuis en faillite.

Nordic Waste abandonne à la mi-décembre les travaux entrepris pour bloquer le glissement de terrain, tâche qui a été reprise par la municipalité.

Quelque 2,5 millions de tonnes de terres souillées ont été charriées par le glissement de terrain qui menace désormais le village de Ølst et la rivière voisine Alling.

"Il s'agit d'établir si la direction, les propriétaires ou d'autres personnes ou entreprises au sein et autour de Nordic Waste peuvent être tenus pour responsables des dommages qui se sont produits", a expliqué le ministre de l'Environnement Magnus Heunicke lors d'une conférence de presse.

L'enquête doit être confiée à un cabinet d'avocats représentant l'Etat.

"Nous voulons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que les pollueurs paient", a souligné le ministre.

La catastrophe pourrait coûter jusqu'à 2,2 milliards de couronnes (près de 300 millions d'euros), selon la société spécialisée dans l'environnement Cowi.

Elle avait été imputée initialement aux fortes précipitations qui ont touché la région mais un rapport du Service national de géologie du Danemark et du Groenland (GEUS) a estimé que le dépôt de terre en était le responsable principal.

Le "glissement de terrain (...) ne peut être qualifié d'+événement naturel de nature inhabituelle, inévitable (et inéluctable)+", a conclu l'agence.

cbw/thm