Les glaciers des Pyrénées n’en ont plus que pour 20 ans

·2 min de lecture

Les glaciers des Pyrénées sont les plus grands glaciers du sud d’Europe. Mais, en ces temps de réchauffement climatique anthropique, leur place n’est pas des plus enviables. On peut l’imaginer. Des chercheurs de l’Institut pyrénéen d’écologie (IPE, Espagne) le confirment aujourd’hui. Ces glaciers sont menacés. Ils pourraient disparaître dans les vingt années à venir.

Les chercheurs ont étudié l’évolution de l’étendue de la couverture glacière et de son épaisseur entre 2011 et 2020. Ils rapportent que la superficie totale des glaciers des Pyrénées a diminué de plus de 23 % sur la période. Son épaisseur s’est affinée de plus de 6 mètres en moyenne. Les chercheurs soulignent aussi que les Pyrénées ont déjà vu trois de leurs glaciers disparaître depuis 2011.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans les Pyrénées, la glace fond

Rappelons que, dans la région, la hausse globale de la température depuis le début de l’ère industrielle est de 1,5 °C. Et les images haute résolution produites par les satellites, tout autant que par les explorations de terrain ou les survols de drones, montrent que le phénomène de retrait des glaciers se poursuit dans les Pyrénées à une vitesse qui ne ralentit pas depuis les années 1980.

Les chercheurs notent par ailleurs une plus grande variabilité du phénomène sur les glaciers les plus modestes. Et signalent que certaines zones ont connu des pertes d’épaisseur de glace pouvant atteindre les 20 mètres. Le plus inquiétant étant sans doute que les experts estiment qu’il s’agit là d’un avertissement de ce qui pourrait bientôt de produire aussi dans d’autres montagnes comme les Alpes.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles