Giuliano da Empoli remporte le Grand prix du roman de l'Académie française

RFI/Pierre René-Worms

L'Académie française a décerné jeudi 27 octobre son Grand prix à un premier roman de l'écrivain italo-suisse Giuliano da Empoli qui s'arrache depuis six mois en librairie. Le livre s'intitule « Le Mage du Kremlin », une fiction sur le pouvoir en Russie où presque tous les personnages sont réels et est édité chez Gallimard.

Avec Le Mage du Kremlin, Giuliano da Empoli est parvenu dans son premier roman à concilier ses deux passions, la littérature et la politique tout en s'assurant un formidable succès public et critique, vingt contrats de traduction sont en cours.

L'auteur de 49 ans, habitué des essais politiques, ancien conseiller de l'homme d'État italien Matteo Renzi, s'est inspiré d'une ancienne éminence grise de Vladimir Poutine pour imaginer son personnage de fiction baptisé Vadim Baranov, inspiré de Vladislav Sourkov, cofondateur du parti Russie unie de l'actuel président russe. Dans le récit, Vadim Baranov a contribué à hisser le chef du kremlin au pouvoir et livre ses confidences crépusculaires sur l'absolutisme à un narrateur discret.

Analyse du pouvoir du « Tsar »

Le roman sorti au mois d'avril dernier a été écrit bien avant le début de la guerre en Ukraine, mais il livre des clés de compréhension sur les jeux de pouvoir souvent opaques en Russie. Giuliano da Empoli analyse chaque rouage du pouvoir du « Tsar », c'est ainsi que le président russe est désigné dans le roman et revisite de l'intérieur des épisodes connus de son règne ou gravite des figures tout à fait réelles et parfois terrifiantes.

(et avecAFP)


Lire la suite sur RFI