Un gisement de terres rares découvert en Norvège: un enjeu de souveraineté industrielle pour l’UE

L’Europe est-elle en passe de s'émanciper de la Chine pour ses approvisionnements en terres rares ? Le chemin est encore long, mais c’est l’espoir alimenté par Rare Earths Norway, un groupe minier norvégien, qui clame avoir découvert le plus grand gisement de terres rares d’Europe. Ces matériaux cruciaux pour la transition énergétique et la production d’appareils technologiques sont actuellement massivement importés de Chine.

Quelque 8,8 millions de tonnes, c’est la quantité de terres rares qui pourrait être extraite d'un nouveau gisement découvert au sud-est de la Norvège. « Après trois ans d'activités de forage intensives et d'analyses, [...] une première estimation des ressources minérales [...] montre que Fensfeltet est le plus grand gisement d'éléments de terres rares (ETR) en Europe », a indiqué dans un communiqué le groupe minier norvégien Rare Earths Norway.

À lire aussiTerres rares en Laponie, les Samis face aux mines

D’autant plus que la Chine avait créé la stupeur fin 2023 lorsqu'elle avait annoncé mettre fin à l’exportation de plusieurs technologies de traitement des terres rares. L'objectif était d'empêcher ses partenaires commerciaux d’exploiter eux-mêmes des gisements, pour les maintenir dans la dépendance.


Lire la suite sur RFI