"Giscard Premier ministre" : la boulette de Johnny Hallyday

·1 min de lecture

Le 5 décembre prochain, cela fera déjà trois ans que Johnny Hallyday a rendu son dernier souffle. Mais dans le cœur de ses fans, le rockeur reste éternel. À l’approche de l’anniversaire de sa mort, nos confrères de L’Obs ont interrogé Jean-Pierre Raffarin, l’ancien Premier ministre, et Adrien Quatennens, le député de la France insoumise. Rien ne rassemble ces personnalités politiques, si ce n’est l’amour qu’ils portent au Taulier. Alors, les deux hommes étaient invités à répondre à la question : “Johnny, est-il de droite ou de gauche ?” Si leurs opinions divergent, ils s’accordent sur un point : l’idole des jeunes manquait de pertinence en politique.

À l’inverse d’Adrien Quatennens, Jean-Pierre Raffarin, né de la même génération que son idole, se targue de l’avoir côtoyé. Quand il plonge dans ses souvenirs, son “côté animalier” et “une communication non-verbale très forte” le frappe. S’il se souvient de lui comme une personne “extraordinairement sensible”, celui qui ne veut “pas faire de mal à Johnny” assure que “ce n’est pas quelqu’un qui argumente”. Alors s’il était “pertinent sur ces sujets politiques”, l’ancien Premier ministre “ne le croit pas”. Pour illustrer ses propos, l’homme politique a raconté le jour où Johnny Hallyday avait apporté son soutien à Giscard d’Estaing à l’élection présidentielle, en 1974. “Je suis heureux de soutenir M.Giscard d’Estaing, qui sera le meilleur… Premier ministre”, aurait affirmé l’artiste. Une gaffe dont se moque gentiment l’ancien sénateur (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Mort de Jacques Chirac : pourquoi sa fille Claude a tenu à distance Nicolas Sarkozy et François Hollande
Le saviez-vous ? Diana et Camilla ont été amies, avant de se disputer Charles
Charlotte Casiraghi : grande absente de la Fête Nationale à Monaco
Ivanka Trump vend la mèche sur les projets de son père Donald Trump
"Sylvie Vartan le dominait" : l'autre visage de Johnny Hallyday