Les Girondins de Bordeaux lâchés par King Street, leur propriétaire

Maxime Bourdier
·Chef d'édition.
·2 min de lecture
Yacine Adli, milieu des Girondins de Bordeaux, lors du match face à Monaco au stade Matmut-Atlantique le 18 avril 2021 (photo d'illustration). (Photo: THIBAUD MORITZ via Getty Images)
Yacine Adli, milieu des Girondins de Bordeaux, lors du match face à Monaco au stade Matmut-Atlantique le 18 avril 2021 (photo d'illustration). (Photo: THIBAUD MORITZ via Getty Images)

FOOTBALL - Le fonds d’investissement américain King Street, propriétaire de Bordeaux, a fait savoir qu’il ne “souhaite plus soutenir le club et financer ses besoins actuels et futurs” des Girondins, qui ont été placés sous la protection du tribunal de commerce de Bordeaux, a annoncé ce jeudi 22 avril le club.

Dans un communiqué, le club évoque “le contexte économique lié à la pandémie de la Covid-19 et au retrait de Mediapro (qui) a provoqué une baisse sans précédent des recettes des clubs de football français”. Après placement du club sous la protection du Tribunal de Commerce de Bordeaux, “un mandataire ad hoc a été nommé (qui) sera chargé d’assister le FC Girondins de Bordeaux dans sa recherche d’une solution durable”, ajoute le club.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le club déjà en pleine crise sportive et sous tensions

Cette annonce intervient dans un contexte de crise sportive aiguë - Bordeaux est 16e de L1 et lutte pour son maintien - et de très fortes tensions entre le président Frédéric Longuépée et les Ultramarines, le principal groupe de supporters, exacerbées depuis fin 2019 et une affaire de billetterie.

La crise s’est amplifiée au printemps 2020 avec la diffusion des “Girondins leaks”, une série d’enregistrements audio, issus de réunions privées tenues entre décembre 2019 et mars 2020 entre les dirigeants bordelais et des abonnés du club, et diffusés par les Ultramarines sur les réseaux sociaux.

King Street était seul maître à bord à Bordeaux depuis qu’il avait racheté ses parts au fonds américain GACP (General American Capital Partners) de Joe DaGrosa, avec lequel il avait repris le cl...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.