Gironde : le saccage d’un Airbnb va coûter un montant astronomique

·1 min de lecture

“La maison a été vandalisée et souillée. C’est comme un viol.” Stephen ne cache pas sa colère dans les colonnes de Sud Ouest. Avec son épouse, ils dénoncent le saccage de la villa qu’ils mettent en location sur Airbnb. Mobilier détérioré, carrelage brisé, verre, mégots, cartouches de protoxydes d'azote et déchets jonchant le sol : les propriétaires dénoncent une “scène de guerre”… Au total, le préjudice est estimé à 43.553 euros pour cette villa de 150 m² située sur les hauteurs de Floirac, en Gironde, et toujours inhabitable.

Lassés d’attendre une réponse d'Airbnb dans ce dossier, ils ont saisi la justice, alors qu’ils dorment à l’hôtel depuis plusieurs semaines, à leurs frais après avoir reçu 250 euros de la part d’Airbnb. “Nous avons déposé plainte au pénal pour opposition et dégradation d'un bien appartenant à autrui. La plateforme (Airbnb, ndlr) a des assurances et doit préfinancer les travaux avant d'engager un recours contre le locataire”, expose leur avocat. Une enquête a été ouverte, tandis qu’un huissier de justice a effectué deux constats pour décrire les dégâts, pris en photo par le gendre du couple quand il est revenu chercher les clés du logement.

>> A lire aussi - Airbnb : qu’est-ce que je risque si je sous-loue mon logement social ?

Les faits remonteraient au week-end du 12 au 14 février dernier, comme l’avait déjà relaté Midi-Libre. Le couple aurait été contacté via Airbnb, par Hugo Konongo, un footballeur international congolais évoluant à l’AS Béziers, pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Brexit : le Royaume-Uni accusé d’être trop conciliant avec la Chine
Brexit : le commerce entre le Royaume-Uni et l’UE s’effondre
Le prix de l'amende pour fraude aux péages multiplié par cinq !
Ouïghours, commerce, espionnage… la Chine et les Etats-Unis vers un bras de fer
La BCE exhorte à lancer d’urgence le plan de relance européen de l’économie