Gironde : un pass sanitaire sous forme de « bracelet » dès jeudi

·1 min de lecture
Le pass sanitaire est désormais obligatoire pour entrer dans un bar, un restaurant ou un musée. (photo d'illustration).
Le pass sanitaire est désormais obligatoire pour entrer dans un bar, un restaurant ou un musée. (photo d'illustration).

Dès ce jeudi 19 août, certains habitants de la Gironde vont découvrir un pass sanitaire d?un nouveau genre. Le département va distribuer 20 000 « bracelets » permettant de faciliter l?entrée dans les bars et les restaurants. Ce dispositif va être déployé dans les lieux touristiques les plus fréquentés, notamment à Bordeaux, dans le bassin d'Arcachon et à Saint-Emilion, selon l?Union des métiers et des industries de l'Hôtellerie (UMIH) départementale, qui a reçu l'aval des autorités.

Le principe : le client, probablement un habitué de l'établissement, se porte volontaire pour présenter à l'exploitant la preuve de son schéma vaccinal complet ainsi que son identité. Dès lors, il recevra un bracelet inamovible comme sésame, lui permettant d'accéder à l'établissement sans se faire contrôler à nouveau. L'idée de cette opération test a été travaillée avec la préfecture « pour la faire rentrer dans les clous », a indiqué Martin Guespereau, préfet délégué pour la défense et la sécurité, à l?Agence France-Presse, ce mercredi. Objectif : « faciliter l'accès des clients », a souligné le président de l'UMIH-33, Laurent Fournier, auprès de l?AFP. Selon lui, le pass sanitaire a fait baisser « sensiblement, voire très sensiblement l'activité » des restaurateurs.

À LIRE AUSSIArthur Chevallier ? Pourquoi les anti-pass sanitaire renforcent Macron

Si ça ne marche pas, « on arrête tout »

Les bracelets, marqués « pass sanitaire UIMH 33 » en lettres grises sur fond blanc, devront ég [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles