Giorgia Meloni à Bruxelles: exercice d'équilibriste obligé pour la dirigeante italienne

© Andrew Medichini / AP

Giorgia Meloni n’a pris ses fonctions que le surlendemain du dernier sommet européen où Mario Draghi a donc représenté l’Italie pour la dernière fois. La nouvelle présidente du Conseil effectue donc ce jeudi 3 novembre son premier déplacement à Bruxelles où elle doit - dans l’après-midi - rencontrer les dirigeants des trois institutions européennes, Conseil, Commission et Parlement. Cette visite sera en partie un exercice d’équilibriste car la dirigeante d'extrême droite doit rassurer les Européens, inquiets des évolutions politiques et surtout budgétaires de l’Italie, tout en évitant de paraître renier ses promesses de campagne aux yeux de ses électeurs.

Avec nos correspondants à Bruxelles et à Rome,

Les promesses de campagne de Giorgia Meloni et en général de son parti Fratelli d’Italia ont représenté la principale source d’inquiétude des institutions européennes, rapporte notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet. Ce n’étaient que des promesses reconnaît-on ici, mais elles étaient particulièrement généreuses même si elle a paradoxalement promis aussi de ne pas procéder à une augmentation massive de la dépense publique.

Craintes des Européens

Cette promesse a été répétée par le nouveau ministre des Finances, lundi 31 octobre, mais les craintes des Européens se concrétisent tout de même car outre les réductions d’impôts le nouveau gouvernement veut aider ménages et entreprises face à la flambée des prix de l’énergie.

►À lire aussi : Italie: le gouvernement de Giorgia Meloni en guerre contre les rave parties


Lire la suite sur RFI