Gillian Anderson ne porte plus de soutien-gorge

·4 min de lecture

Depuis la fin du confinement, la célèbre actrice de la série "The Crown" ne supporte plus de se sentir oppressée dans ses vêtements.

FEMMES - Adieu marques rouges, irritations et sensation d’être constamment compressée. Lors d’une séance de questions-réponses organisée sur Instagram mardi 13 juillet, Gillian Anderson, l’actrice de “The Crown” et de “Sex Education” s’est livrée sur son besoin de se sentir à l’aise dans ses vêtements. 

“Je suis tellement feignante. Et je ne porte plus de soutien-gorge. Je ne peux pas porter de soutien-gorge. Je ne peux pas, non. Je ne peux pas”, a indiqué l’actrice de “Sex Education” lorsqu’on lui a posé des questions sur ses tenues “spéciales confinement.”

“Je suis désolé, mais je m’en fiche si... mes seins atteignent mon nombril. Je ne porte plus de soutien-gorge. C’est tout simplement trop inconfortable”, a-t-elle précisé.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Se considérant comme quelqu’un de “paresseuse”, l’actrice a même révélé que si elle en avait la possibilité, elle porterait un pantalon de survêtement noir “confortable” et un sweat à capuche noir “tous les jours”. “C’est probablement la même chose que ma tenue de prédilection pour le confinement”, a t-elle ajouté. 

Sur Twitter, nombreuses sont celles à s’être recconues dans ce témoignage.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

“Elle a tout mon ‘soutien’. Sérieusement, après 15 mois sans soutien-gorge, je ressens la même chose. J’ai toujours été gênée par mes seins tombants, mais je me suis habituée à être en public sans appareil de torture et je ne me vois pas revenir en arrière.”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Gillian Anderson sera toujours sexy, avec ou sans soutien-gorge.”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

“Oh Gillian, je te comprends. C’est une torture. Depuis que j’ai pris ma retraite l’année dernière, je porte des soutiens-gorge de sport d’une taille au-dessus de ce que je devrais car ils sont beaucoup plus confortables. Mais ne pas porter de soutien-gorge, c’est encore mieux. Liberté!

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

“Si l’actrice gillian anderson, deux fois Golden Globe et gagnante d’un Emmy Awards, dit ne plus vouloir porter de soutiens-gorge, qui sommes-nous pour être en désaccord avec cela?”

Et ce Live Instagram a inspiré certains éditorialistes à l’instar de l’écrivaine et militante Nicky Clark, qui n’a pas hésité, dans une chronique publiée dans le journal britannique The Independent, à saluer la prise de position de l’actrice.J’applaudis l’attitude de Gillian Anderson envers l’affaissement des seins – cela met en évidence notre relation amour-haine avec un vêtement qui est censé être bon pour nous, sans nécessairement être bon avec nous”, a-t-elle écrit.

La tendance du “no bra”

Avant le confinement, les adeptes du “sans soutien-gorge” (no bra) se faisaient déjà entendre. Le confinement, le télétravail ont clairement popularisé cette pratique. Ne plus avoir à porter un jeans ultra-serré, ni se sentir oppressée dans son soutien-gorge, ont été vécus comme une libération par de nombreuses femmes.

Preuve en est, selon une étude Ifop réalisée après le premier confinement, 18% des Françaises de 18 à 25 ans ne portent jamais ou presque jamais de soutien-gorge depuis le confinement, contre 4% avant celui-ci. Sur l’ensemble de la population, 7% des Françaises assurent ne plus mettre ce type de lingerie, contre 3% avant le confinement.

Selon la même étude, ce qui motive en premier lieu ces femmes à opter pour le “no bra”, c’est le confort. Plus de la moitié des femmes mettent en avant le fait de se débarrasser de “l’inconfort procuré par le port du soutien-gorge”. Pour un tiers des plus jeunes, leur choix est aussi déterminé par “le souhait de lutter contre la sexualisation des seins féminins qui impose de les cacher au regard d’autrui”.

Et si le “no bra” se démocratise au sein de la population, les célébrités, elles aussi, semblent avoir adopté la tendance. Sur les marches du festival de Cannes de week-end, de nombreuses actrices, mannequins et chanteuses, à l’instar de Sophie Marceau, Camélia Jordana ou encore Bella Hadid ont opté pour un “no bra” tout en élégance. 

CANNES, FRANCE - JULY 11: Bella Hadid attends the
CANNES, FRANCE - JULY 11: Bella Hadid attends the
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles