Des gilets jaunes tentent une percée vers l'Élysée, la situation se tend

Morgane Guillou
Ces gilets jaunes tentent une percée vers l'Élysée

GILETS JAUNES - Des "gilets jaunes" ont tenté à Paris de confronter Emmanuel Macron en personne lors de leur manifestation ce samedi 17 novembre. Ils étaient quelques centaines à descendre l'avenue des Champs-Élysées, dont la circulation a été partiellement bloquée, afin de se rendre ensuite devant le palais de l'Élysée.

Plusieurs d'entre eux se sont faufilés par le jardin des Champs-Élysées jusqu'à une zone sécurisée de l'avenue Gabriel menant au palais présidentiel. Les manifestants scandaient dans leur course: "Macron, on arrive!" ou encore "Macron, démission!", comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article.

Les forces de l'ordre ont rencontré des difficultés à retenir cette foule très éparpillée. La situation s'est tendue et a alors donné lieu à des échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre. Ces dernières ont aussi usé de gaz lacrymogènes pour éloigner les manifestants des barrières de sécurité.

Le quartier a été quadrillé par les policiers


"Environ 1200 personnes sont actuellement regroupées dans le secteur de la Concorde, protégé par un dispositif de sécurité", a annoncé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué diffusé peu après 17H00. Plusieurs centaines de manifestants ont navigué pendant plusieurs heures entre les Champs Elysées, la rue du Faubourg Saint-Honoré, où se trouve le Palais de l'Elysée, et les axes alentour. Le quartier a été quadrillé par les policiers dès samedi matin.

Au total, quelque 282.710 gilets jaunes protestent dans toute la France contre la hausse des taxes sur le carburant et la baisse du pouvoir d'achat, selon le ministère de l'Intérieur.

Plus de 2000 rassemblements ont été recensés. Le mouvement a été entaché par la mort d'une manifestante heurtée par une automobiliste sur un barrage en Savoie. Près de 100 personnes ont également été blessées à différents points de blocage.

À voir également sur Le HuffPost:



À LIRE AUSSI

Retrouvez cet article sur le Huffington Post