"Gilets jaunes" : les réponses aux dix questions que vous vous posez sur le flash-ball et son utilisation par les forces de l'ordre

Catherine Fournier
Cette arme intermédiaire et non létale utilisée par les forces de l'ordre lors des journées de mobilisation a fait plusieurs blessés depuis le début du mouvement. Elle fait régulièrement l'objet de controverses. Franceinfo vous explique pourquoi.

A chaque nouvelle mobilisation des "gilets jaunes", il concentre toutes les attentions. Le lanceur de balles de défense (LBD), plus communément appelé flash-ball, est l'une des armes utilisées par les forces de l'ordre quand les rassemblements virent à l'affrontement. Régulièrement sous le feu des critiques, ce "gomme-cogne", pistolet de défense tirant des balles de caoutchouc, a déjà occasionné de nombreuses blessures parmi les manifestants depuis le début du mouvement, y compris parmi des journalistes et des lycéens.

A l'occasion de la neuvième journée de contestation, samedi 12 janvier, franceinfo se penche sur l'histoire de cette arme intermédiaire et non létale, dont le modèle et l'emploi ont évolué depuis les années 1990 en France.

1Qu'est-ce qu'on appelle un flash-ball ?

Le Flash-ball est une marque française déposée d'arme non létale, appartenant aux lanceurs de balles de défense (LBD). Un ancien professeur et expert en balistique mosellan l'a inventée en 1990 dans son garage. Pierre Richert souhaitait "faire le contraire de ce que tout le monde avait fait, petit calibre et grande vitesse qui font des trous. Je voulais venir au gros projectile à faible vitesse qui tape fort sans blesser", expliquait-il à France 3 en 1995.


Selon Verney-Carron, l'entreprise basée à Saint-Etienne qui l'a fabriqué et commercialisé à l'échelle industrielle, le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi