"Gilets jaunes" : pourquoi le 23e samedi de mobilisation s'annonce tendu

franceinfo
Les "gilets jaunes" entendent faire de ce samedi un moment fort après la fin du grand débat national et l'absence, selon eux, de réponses du gouvernement à leurs revendications.

Les gilets jaunes ont promis depuis plus de trois semaines une mobilisation exceptionnelle pour le samedi 20 avril, à l'issue du grand débat national. Et la valse-hésitation autour des annonces d'Emmanuel Macron, dont l'allocution a finalement été annulée lundi à cause de l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, n'y a rien changé. Sur Facebook, les appels à se rendre dans la capitale pour ce 23e samedi consécutif de manifestation se multiplient, parfois sur un ton menaçant. Franceinfo détaille les raisons qui laissent craindre que cette journée soit le théâtre de fortes tensions.

Parce qu'Eric Drouet a conseillé au gouvernement "d'organiser la sécurité"

Dès le 28 mars, Eric Drouet, une des figures des "gilets jaunes", appelait à une mobilisation significative le 20 avril, à l'issue du grand débat. Et dans une vidéo diffusée ce jour-là sur YouTube, il demandait d'emblée au président de la République et au ministre de l'Intérieur d'"organiser la sécurité", comme s'il prévoyait déjà des incidents.

Monsieur Macron, monsieur Castaner, c'est le 20 avril que la France remonte ou redescend à Paris, prévenait-il. Donc organisez-vous comme vous voulez, mais tout simplement ne faites pas passer les 'gilets jaunes' pour des cons. Organisez-vous, c’est votre métier de faire le maintien de l’ordre (...) Vous avez la date, vous avez le lieu, ce sera Paris. Comme d'habitude, les Champs-Elysées ou à proximité (...) Cette fois-ci, essayez d'éviter de remettre la faute sur les 'gilets jaunes' [comme] le 16 mars".


Dans cette même vidéo, il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi