Gilets jaunes: qui peut croire à un "leadership" français?

LExpress.fr
Plusieurs ministres avaient pourtant évoqué cette possibilité. Ils ont été recadrés lors du conseil des ministres mercredi.

Par l'effet d'une sorte d'invariant historique, la France est de nouveau en vedette en matière de révolte populaire. Le mouvement des gilets jaunes déclenche un très vif intérêt de la part des médias européens et américains à la fois sidérés par la violence des manifestations et médusés par la focalisation de la contestation sur la personne d'Emmanuel Macron. 

Un président qui donnait des leçons à la terre entière

De toute évidence, le style personnel du chef de l'Etat, incarnation de l'allant mais aussi de la certitude française, est un élément central de cette fascination malsaine qui projette le malaise tricolore sur tous les écrans d'Europe et des Etats-Unis. Affolement général ou délectation perverse, l'histoire se retourne avec une rare cruauté et met cette fois Paris à la "une" pour la pire des raisons. La révolte des gilets jaunes, assimilée à un renouveau des "sans-culottes", porte directement atteinte à l'image de la France créatrice et rassembleuse qu'Emmanuel Macron a voulu promouvoir à l'étranger. Après un tel désordre, qui peut encore croire à la possibilité d'un "leadership" français ?  

Le 11 novembre, au pied de l'Arc de Triomphe, le monde entier se trouvait réuni dans une scène qui devait marquer la commémoration de la fin du premier conflit mondial. Là, dans un style très personnel, le président de la République a donné des leçons à la terre entière en se faisant le héraut de la démocratie et du multilatéralisme, puis en ponctuant son discours d'un "Vive la France", qui ne pouvait qu'agacer Donald Trump et faire ricaner Vladimir Poutine. Le jour suivant, malgré l'absence remarquée du président américain, s'ouvrait le Forum de Paris sur la paix, initiative phare du quinquennat, qui doit donner lieu désormais à une manifestation globale annuelle. Dans tout cela, il y a sans doute un faisceau de bonnes idées, mais rien de modeste. Ce message va de pair avec une grande discipline nationale. 

Des tweets mensongers sur la situation en France

La modestie arrive ...Lire la suite sur L'Express.fr

Gilet, chemise, parapluie... Ces objets qui font la révolte

Gilets jaunes: la gauche va déposer une motion de censure

"Pas de fiscalité verte sans politique sociale adaptée"

Gilets jaunes: sept syndicats dénoncent les violences