"Gilets jaunes" : du moratoire à l'annulation, le rétropédalage du gouvernement sur la hausse de la taxe carbone en cinq actes

franceinfo
L'Elysée a annoncé, mercredi soir, l'annulation de l'augmentation de la taxe carbone pour 2019. La veille, le Premier ministre, Edouard Philippe, évoquait pourtant un moratoire de six mois sur cette hausse.

L'exécutif fait marche arrière et assure qu'il a entendu la "colère" grave et "insaisissable" des "gilets jaunes". Alors qu'il assurait maintenir le cap, affirmant et réaffirmant sa volonté d'augmenter la taxe sur les carburants au 1er janvier 2019, le gouvernement a finalement fait un premier pas symbolique face aux manifestants, répondant à leur première revendication : l'annulation de cette hausse.

>> "Gilets jaunes" : suivez les dernières informations dans notre direct

La taxe carbone, un prélèvement pesant sur les produits énergétiques selon leur niveau d'émission de CO2, devait passer de 44,60 à 55 euros la tonne de CO2 au 1er janvier 2019. Les taxes sur le gazole devaient ainsi augmenter de 6,5 centimes par litre l'année prochaine, et les taxes sur l'essence de 2,9 centimes par litre.

De l'annonce d'un moratoire de six mois sur cette hausse, mardi 4 décembre, à l'annulation de l'augmentation en 2019, mercredi 5, retour en cinq actes sur le rétropédalage de l'exécutif.

1Matignon annonce un moratoire de six mois

La journée de mardi marque un tournant dans la réponse du gouvernement face au mouvement des "gilets jaunes". Tôt dans la matinée, Matignon révèle à l'AFP que le Premier ministre, Edouard Philippe, va annoncer un moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants.

Selon une source gouvernementale, la mesure a été décidée lors d'une réunion de crise, présidée par Emmanuel Macron lundi soir. Quarante-huit (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi