"Gilets jaunes" : l'inquiétude des commerçants

L'avenue des Champs-Élysées (Paris) et le restaurant Le Fouquet's sont des lieux emblématiques de la révolte des "gilets jaunes". Samedi 16 novembre, par précaution, le Fouquet's, vandalisé en mars dernier, a installé des grilles pour protéger les vitrines. Les rassemblements de "gilets jaunes" sont interdits sur les Champs-Élysées, et la plupart des commerçants sont restés ouverts. Les commerçants ont souffert "Tout se passe bien. Il y a les policiers et les pompiers, donc on est en sécurité", explique une commerçante. "On a fermé durant 47 samedis avec zéro euro de chiffre d'affaires. On a des salariés à payer, un restaurant à faire tourner, ce n'est pas évident", déplore un autre commerçant parisien. Avec les "gilets jaunes", les commerçants de Dijon (Côte-d'Or) ont eux aussi connu des journées difficiles. Mais aujourd'hui, les manifestations sont interdites dans le centre-ville, pour éviter les dégradations mais surtout la fuite des clients.