Gilets jaunes : les insultes antisémites contre Alain Finkielkraut suscitent l’indignation

Après les insultes contre le philosophe Alain Finkielkraut lors de l’acte 14 du mouvement des gilets jaunes, les réactions, indignées, affluent de toutes parts.

Alain Finkielkraut a été violemment insulté à Paris lors de l’acte 14 du mouvement des Gilets jaunes

La scène, terrible, a été révélée par une vidéo de Yahoo Actualités diffusée ce samedi après-midi. Les images, tournées par notre journaliste sur le terrain, montrent Alain Finkielkraut violemment insulté par des gilets jaunes à Paris lors de l’acte 14 du mouvement. Depuis, les messages, jusqu’au plus haut sommet de l’État, se succèdent.

“Sale raciste”, “sioniste de merde”, “sale race”, “Nous sommes le peuple”, “La France est à nous”, “Rentre à Tel-Aviv”… Sur la séquence diffusée par Yahoo Actualités, on aperçoit le philosophe pris à partie par plusieurs manifestants, certains lui criant “Palestine” et lui promettant “l’enfer”. Impassible et gardant son calme, Alain Finkielkraut est ensuite exfiltré, protégé par les forces de l’ordre.

 “Alain Finkielkraut n’est pas seulement un homme de lettres éminent mais le symbole de ce que la République permet à chacun”, a réagi Emmanuel Macron en début de soirée. “Les injures antisémites dont il a fait l’objet sont la négation absolue de ce que nous sommes et de ce qui fait de nous une grande nation. Nous ne les tolèrerons pas.”


“La bête immonde tapie dans l’anonymat d’une foule. Ceux qui insultent ont le visage découvert. J’espère qu’ils seront identifiés, poursuivis et lourdement condamnés”, a encore réagi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a lui dénoncé “un déferlement de haine à l’état pur que seule l’intervention de la police a interrompu. Assister à une telle scène à Paris, en 2019, est tout simplement intolérable”, a-t-il dit sur Twitter, assurant l’intellectuel de son “soutien absolu”.


Du côté de l’opposition, Laurent Wauquiez, président des Républicains, a dénoncé l’acte “d’abjects crétins… Révoltante confirmation de ce qu’Alain Finkielkraut a pointé lui-même : l’antisémitisme se drape dans les habits de l’antiracisme et se nourrit de la chasse aux prétendus islamophobes. Quand ouvrirons-nous les yeux ?”

L’agression a été qualifiée par Marine Le Pen d’ “acte détestable et choquant” venant de “l’extrême-gauche antisémite” alors que Benoît Hamon a condamné “sans aucune réserve ceux qui l’ont conspué, insulté et traité d’un sale sioniste qui voulait dire sale juif“.



Une indignation qui a dépassé la sphère politique. D’Anne Sinclair à Charles Consigny en passant par l’animateur Arthur, l’humoriste Sophia Aram, le philosophe Bernard-Henri Lévy ou Christophe Beaugrand, tous ont fermement condamné l’agression dont a été victime Alain Finkielkraut.