Gilets jaunes: l’Ordre des médecins saisit la CNIL sur un "fichage" des manifestants

Anthony Berthelier
PARIS, FRANCE - FEBRUARY 02: A 'Gilet Jaune' protester wearing fake injuries using makeup to illustrate the gravity of injuries in protests, marches during today's Act 12 demonstration on February 2019 in Paris, France. The Yellow Vest Protesters take to the streets for the twelfth week of anti-government protests. Protesting against the disruption caused by the Yellow Vests are the Red Scarves - or the Foulards Rouges - calling for a stop to the violence and blockades of the Gilets Jaunes. (Photo by Omar Havana/Getty Images)

GILETS JAUNES - Le Conseil national de l’Ordre des médecins a indiqué vendredi 19 avril avoir saisi le ministère de la Santé et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) sur l’utilisation d’un fichier de suivi des victimes “dans le contexte du mouvement social dit des gilets jaunes”. Un système qui laisse craindre à un “fichage” nominatif des manifestants blessés.

Alerté notamment par des médecins “responsables de départements d’information médicale ou de services d’urgence”, l’organisme déontologique dit partager “les interrogations de ces médecins au regard du secret médical”.

Alors que plusieurs professionnels se sont émus de la situation, le Canard enchaîné fait en effet état d’un recensement nominatif par les hôpitaux parisiens des personnes blessées lors des manifestations des gilets jaunes, dans un fichier appelé “SI-VIC.” Un système d’information pour le suivi des victimes mis en place après les attentats de 2015 pour faciliter l’identification des victimes d’attaques.

“C’est de la délation qu’on nous demande de faire”, s’indigne le docteur Kierzek à franceinfo. L’urgentiste à l’Hôtel-Dieu a été l’un des premiers professionnels à critiquer ces dérives. 

 

Un contexte qui inquiète le Conseil national de l’Ordre des médecins. Le CNOM a rappelé que “la finalité de SI-VIC est le dénombrement, l’aide à l’identification et le suivi des victimes dans une situation sanitaire exceptionnelle” avant de demander à la Direction Générale de la Santé “de lui apporter toutes précisions utiles au sujet de son déploiement dans le contexte du mouvement social dit des gilets jaunes.”

Une plainte déposée par un manifestant blessé

Dans le même temps, un gilet jaune blessé le 9 février devait déposer vendredi une...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post