Acte 13 des Gilets jaunes : itinéraire d’un casseur dans les rues de Paris

Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê

Soupçonné d’avoir brûlé un fourgon militaire, lors de l’acte 13 des Gilets jaunes, Thomas P. a été filmé par les policiers en train de commettre de lourdes dégradations tout au long de la journée.


« Notre attention est attirée par le comportement d’un individu au milieu d’une foule. Disons qu’il est particulièrement hostile à la présence de fonctionnaires de police… » Ainsi débute le compte rendu des policiers de la compagnie de sécurisation et d’intervention de Paris, responsables de l’interpellation de Thomas P..

Âgé de 25 ans, le jeune homme a été arrêté samedi soir, dans le VIIIe arrondissement de la capitale, soupçonné d’avoir mis le feu à un fourgon militaire de l’opération Sentinelle garé près de la tour Eiffel. Les images, devenues virales sur Internet, ont suscité des condamnations unanimes. « Indignation et dégoût. Les militaires de la mission Sentinelle protègent au quotidien nos compatriotes du risque terroriste », a rappelé Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur.

Il attaque à tout-va

Selon le rapport de police, dont nous avons pris connaissance, Thomas P. s’est livré à d’importants actes de vandalisme toute au long de la journée. Lorsque les premiers heurts éclatent en marge de l’acte 13 des Gilets jaunes, vers 14 heures, il se trouve au boulevard Saint-Michel (Ve). Gilet jaune enfilé sur une tenue entièrement noire, le suspect porte un masque et des lunettes de protections à élastiques rouges qui lui cachent le visage. Il sort un marteau de son sac à dos et s’attaque aux vitres d’une banque Bred. « Disons différer notre interpellation au vu de la présence hostile de très nombreux manifestants », consignent les policiers.


-

Le casseur enfile régulièrement un gilet jaune pour se fondre dans la masse./LP/Jean-Baptiste Quentin

C’est donc une surveillance discrète par des fonctionnaires en civil qui est mise en place. Toujours selon le rapport, Thomas P. est ensuite aperçu en train de casser la devanture en marbre d’une agence d’assurances pour (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Meeting de Marine Le Pen : le RN dépose une plainte pour menace de mort
Bordeaux : une enquête ouverte après une agression homophobe à la sortie d’un bar
Du Tarn aux Yvelines, plusieurs profanations d’églises en une semaine
Gilets jaunes : un fourgon pénitentiaire visé par des manifestants à Paris samedi
Incendie mortel à Lyon : «Les escaliers se sont écroulés dans l’explosion»