Gilets jaunes, grèves, coronavirus: à nouveau fermées, les enseignes d'habillement s'estiment sinistrées

1 / 2

Gilets jaunes, grèves, coronavirus: à nouveau fermées, les enseignes d'habillement s'estiment sinistrées

Depuis le 14 mars, tous les commerces non alimentaires ont été fermés en France sur décision gouvernementale afin de limiter les rassemblements de personnes, vecteurs de la pandémie. En première ligne : les enseignes de vêtements et d'habillement de la personne, qui redoutent que cette période de fermeture à durée indéterminée ne soit fatale à de nombreux magasins.

"L'arrêt complet de l'activité s'ajoute à l'accumulation des crises sociales (...): la survie de nombreuses enseignes est maintenant en jeu", avait prévenu vendredi 20 mars l'Alliance du commerce, qui représente 27.000 magasins dans le secteur de l'équipement de la personne.

"Malgré le recours au chômage partiel et les reports habituels d'échéances fiscales et sociales, les enseignes seront très rapidement confrontées à de graves difficultés de trésorerie", avait-elle affirmé, en demandant que des "prêts nécessaires à la pérennité des entreprises" soient rapidement consentis par les banques.

La crise s'ajoute à la désaffection des consommateurs

Mercredi, ce sont sept fédérations majeures du commerce qui demandaient aux bailleurs l'annulation des loyers et les charges "pendant la période de fermeture des magasins" et non plus un simple report, afin "d'aller plus loin dans l'effort de solidarité".

Cette crise s'ajoute à une désaffection croissante des consommateurs: selon les chiffres provisoires de l'Institut français de la Mode (IFM), "en cumul, à la fin...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi