«Gilets jaunes» : les Français entre soutien et inquiétude

Lepelletier, Pierre
59 % des Français sont inquiets de la tournure que prend le mouvement des «gilets jaunes». / -/AFP

INFOGRAPHIE - Selon un sondage Odoxa pour Le Figaro et Franceinfo, 77 % des Français justifiaient le mouvement mercredi. Mais son caractère violent préoccupe de plus en plus.

Les scènes d'une rare violence qui ont éclaté samedi dernier un peu partout dans le pays ne changent pas la donne. Selon un sondage Odoxa pour Le Figaro et Franceinfo, réalisé auprès d'un échantillon de 995 personnes, les Français soutiennent toujours massivement le mouvement des «gilets jaunes».

Précision importante: l'enquête a été réalisée dans la journée de mercredi, quelques heures avant que l'Élysée annonce le soir même l'annulation de la hausse des taxes sur les carburants en 2019. Dans l'après-midi, le premier ministre, Édouard Philippe, n'évoquait encore qu'une simple suspension.

» LIRE AUSSI - «Gilets jaunes»: Macron annule la hausse des taxes et corrige Philippe

Avant le revirement d'Emmanuel Macron, huit Français sur dix estimaient que la suspension des taxes était «insuffisante». Un avis partagé - point étonnant - par près d'un sympathisant de La République en marche sur deux (47 %). Dans ce contexte, les Français justifiaient à 77 % la poursuite du mouvement. Toujours une forte bienveillance, donc, malgré une baisse de 7 points en une semaine. 30 % d'entre eux trouvaient la poursuite «plutôt justifiée» et 47 % d'entre eux la jugeaient «tout à fait justifiée».

Un mouvement qui commence à inquiéter

Des chiffres désormais à nuancer. «Si on interrogeait aujourd'hui les Français en leur disant que la hausse des taxes est annulée, sans doute seraient-ils beaucoup moins nombreux à considérer que la poursuite du mouvement est justifiée», souligne Gaël Sliman, le président d'Odoxa. Preuve que l'exécutif avait besoin de lâcher du lest.

Si les Français saluent donc en très grande majorité les manifestants - 78 % estiment qu'ils luttent «pour l'intérêt général», 77 % les trouvent «solidaires», 75 % les jugent (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Extrémistes, jeunes «de cités», «insérés»: trois profils de casseurs passés au crible 
«Acte IV» des «gilets jaunes»: les forces de l'ordre se préparent au pire 
«Gilets jaunes»: comment Paris muscle sa sécurité pour samedi 
Jérôme Fourquet: «Les “gilets jaunes”, un mouvement en voie de durcissement» 
Gilets jaunes: le conflit en chiffres 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro