Gilets jaunes : une enquête ouverte après la blessure grave d’un manifestant

Ph.L. avec AFP
Le jeune homme grièvement blessé à la main devant l’Assemblée Nationale a été opéré ce dimanche

Un manifestant qui a eu une main arrachée, samedi devant l’Assemblée nationale, a été opéré. Une enquête judiciaire a été ouverte.


Une enquête est ouverte après la grave blessure subie par un manifestant samedi, à Paris, lors du défilé des Gilets jaunes. Le jeune homme, présent dans le cortège parisien des « gilets jaunes » a eu une main arrachée samedi à la mi-journée à Paris, près de l’Assemblée nationale, où de vives tensions ont eu lieu.

Selon un témoin interrogé samedi par l’AFP, il « a reçu une grenade de désencerclement au niveau de son mollet, il a voulu mettre un coup de main dedans pour ne pas qu’elle explose vers sa jambe et elle a pété quand il l’a touchée ». Le blessé a subi une intervention chirurgicale dimanche.


LIRE AUSSI > Acte 13 des Gilets jaunes : de violentes échauffourées samedi à Metz, Lyon et Bordeaux

« L’opération a été longue ce matin, c’est un travail méticuleux, c’est une blessure grave que je regrette », a déclaré dimanche le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, sur France Inter/Franctvinfo/Le Monde. « On a déclenché immédiatement une enquête judiciaire pour comprendre ce qui s’est passé », a-t-il ajouté.

133 enquêtes en cours de l’IGPN

De son côté le parquet de Paris a ouvert samedi une enquête en recherche des causes des blessures graves. Elle a été confiée à l’IGGN (Inspection générale de la gendarmerie nationale, équivalent gendarmerie de l’IGPN). C’est en effet un gendarme mobile, appartenant à l’escadron de Lodève (Hérault), qui a jeté la grenade que le blessé a voulu repousser de la main.

Christophe Castaner a expliqué qu'« il y a eu une attaque contre le fronton de l’Assemblée nationale, des gens voulaient rentrer dans l’Assemblée nationale, les gendarmes se sont retrouvés encerclés face à une foule très hostile et ils ont voulu se désencercler ». « Un manifestant […] a voulu prendre dans la main cette grenade et elle a explosé », a-t-il ajouté.

Le ministre a par ailleurs souligné que 133 enquêtes judiciaires étaient (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Meeting de Marine Le Pen : le RN dépose une plainte pour menace de mort
Bordeaux : une enquête ouverte après une agression homophobe à la sortie d’un bar
Du Tarn aux Yvelines, plusieurs profanations d’églises en une semaine
Gilets jaunes : un fourgon pénitentiaire visé par des manifestants à Paris samedi
Incendie mortel à Lyon : «Les escaliers se sont écroulés dans l’explosion»