Pass sanitaire élargi, vaccination, réforme des retraites... Emmanuel Macron a ravivé la colère des gilets jaunes

·4 min de lecture
Allocution d'Emmanuel Macron, le 12 juillet 2021.

L'allocution du président de la République a ravivé la colère de certaines figures du mouvement des gilets jaunes, qui appellent à la mobilisation.

Emmanuel Macron a-t-il relancé le mouvement des gilets jaunes ? Il a en tout cas ravivé la colère de certains membres du mouvement né en novembre 2018, et devenu beaucoup plus discret voire invisible depuis plusieurs mois. 

À l'issue de l'allocution du président de la République lundi, et notamment de l'extension du pass sanitaire à de nombreuses activités et de l'obligation vaccinale pour plusieurs professions, plusieurs figures du mouvement ont exprimé leur colère.

"Le fou de l'Elysée vient de déclarer la mort de la démocratie"

Comme à leurs habitudes, c'est sur les réseaux sociaux, et tout particulièrement en Facebook Live, que les leaders du mouvements ont partagé leur colère. Premier d'entre eux à dégainer, Maxime Nicolle, qui a posté plusieurs messages sur Facebook avant de commencer son intervention.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans son live au titre explicite, "Obligation vaccinale, destruction des acquis sociaux soulèvement social !", le gilet jaune dénonce un "assassinat de la volonté individuelle" et fait un parallèle plus que douteux entre la vaccination obligatoire et le viol. "Pour moi c'est un viol de mon corps", explique-t-il. Il poursuit en lançant un appel au soulèvement. "Quand ça va partir, ça sera rapide et efficace. Vous (le gouvernement, ndlr) appellerez ça du terrorisme sans doute. Les gens feront tout pour récup leur liberté".

"Mettre en place des initiatives loin des réseaux"

Avant de lancer un appel au boycott envers les établissements recevant du public qui appliqueront le pass sanitaire. "À tous les patrons qui joueront le jeu, j'inciterai un max de personne à ne plus dépenser un centime dans vos boutiques, bars, cinémas ne me verront plus". Maxime Nicolle conclut en appelant à "passer quelques coups de téléphone entre amis, à mettre en place des initiatives loin des réseaux, c'est le plus efficace", estime-t-il, sous-entendant que les réseaux sociaux, essentiellement Facebook, sont surveillés par les autorités.

Des propos largement commentés (7 300 commentaires) et relayés, avec plus de 10 000 partages au sein des groupes de gilets jaunes.

"Mettre un maximum de monde dans la rue"

Discours similaire chez une autre figure du mouvement des gilets jaunes, Jérôme Rodrigues, qui explique être contre le vaccin car "(s)on corps lui appartient, reste (s)a seule liberté. On va m'interdire d'aller dans ciné, restos parce qu'on veut me mettre un produit dans le corps et que je ne sais pas quel est ce produit ?" s'indigne-t-il, alors que la vaccination n'est pas obligatoire bien que fortement incitée.

Dans un live Facebook, il lance à plusieurs reprises un appel aux "groupes de contestataires, aux énervés, aux soi-disants insoumis, aux grandes gueules qu'on entend sur les mouvements, unissez-vous autour de la colère. Tous les gens qu'on a vu depuis 3 ans dans la rue, revenez unis. "Une solution c'est unir nos colères, mettre un maximum de monde dans la rue", poursuit Jérôme Rodrigues, évoquant sa présence dès le 14 juillet. 

"Réagir dès septembre"

"Trouvons une date, beaucoup appellent au 14 juillet, parlons-nous pour pouvoir agir, réagir dès septembre face a ce qui se passe. Qu'on soit infirmier, pompier, restaurateur, cheminot...", lance-t-il, énumérant les professions qui se verront imposer un pass sanitaire pour exercer leur métier.

Là aussi des propos avec une audience importante, avec plus de 6 000 commentaires, plus de 9 000 partages et très relayés parmi les groupes de gilet jaunes. Au-delà de l'exemple de ces deux figures du mouvement des gilets jaunes, d'autres internautes proches du mouvement ont fait des vidéos parmi les plus relayées sur le réseau social, dont Oliv Oliv, ou encore Ramous, deux gilets jaunes ayant une audience importante.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une colère relancée avec le retour au premier plan de la réforme des retraites, qui aura lieu "lorsque la situation sanitaire le permettra", a annoncé Emmanuel Macron, ou encore la mise en place de la réforme de l'Assurance chômage, suspendue depuis le début de la crise sanitaire.

Preuve du "réveil" du mouvement des gilets jaunes, au moins sur les réseaux sociaux, le nombre de tweets autour du mot-clé #giletsjaunes, plus de 33 000. Pour la plupart, des appels à manifester le 14 juillet.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Au-delà de la mobilisation à l'initiative des seuls gilets jaunes, des antivaccins et des figures de l'extrême-droite appellent à des manifestations, parmi lesquels Florian Philippot qui appelle à la mobilisation dès samedi.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des appels à la mobilisation qui suscitent également l'indignation de beaucoup d'internautes, qui dénoncent l'égoïsme des antivaccins. De quoi renforcer la crainte de l'exécutif d'une fracture entre vaccinés et non-vaccinés à la rentrée.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles