Les gilets jaunes ont-ils changé la façon de manifester en France?

Anthony Berthelier
Les gilets jaunes ont-ils changé la façon de manifester en France? (Photo d'illustration prise le 18 mai 2019 à Paris)

POLITIQUE - Baroud d’honneur ou renaissance? Manifestations centralisées ou occupation des ronds-points? Un an après leur première journée de mobilisation le 17 novembre 2018, l’ampleur de l’anniversaire des gilets jaunes, dont l’acte 53 se tient ces samedi 16 et dimanche 17, est difficile à prévoir. Rien d’étonnant pour ce mouvement social éruptif qui a, par beaucoup de ses aspects, surpris et marqué la société française dans la durée.

Outre les fonds débloqués par Emmanuel Macron, les blessés par milliers ou le soutien durable de nombreux Français, ce mouvement met en lumière une frange de la société en souffrance depuis des décennies.

En un an, l’imprévisibilité de cette fronde a fait craindre le pire aux autorités. Les manifestations non déclarées comme les accès de violences spasmodiques d’un acte à l’autre ont poussé le pouvoir à réagir. Sur le plan politique et financier, mais également sur les techniques de maintien de l’ordre. Peut-on dire qu’il y aura un avant et un après-gilets jaunes dans les modes de manifestation? Peut-on en conclure que ces contestataires ont prouvé qu’il fallait aller jusqu’à perturber, effrayer voire casser pour obtenir gain de cause? 

“L’occupation du territoire”

Évidemment, rien n’est si simple. Cinquante-quatre actes plus tard, les sociologues, historiens et autres spécialistes des mouvements sociaux s’accordent déjà à définir le mouvement des gilets jaunes comme une fronde inédite dans l’histoire de France. Ne serait-ce que pour sa permanence dans le temps, la diversité de ses rangs et les modes d’action développés tout au long de ces derniers mois. 

Car les gilets jaunes ont fait entendre leur colère par des biais différents, des blocages autoroutiers aux manifestations sur les Champs-Élysées. Toutes avaient cependant le même point commun: elles ont surpris les autorités. Pourquoi? Car beaucoup n’étaient pas déclarées. “Ce qui était rarissime avant les années 1990 et l’affirmation des ‘manifestations inopinées’  est devenu la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post