"Gilets jaunes": cela risque de durer car "le mécontentement est profond", selon Juppé

L'ancien Premier ministre Alain Juppé à Bordeaux le 14 septembre 2018

Bordeaux (AFP) - Alain Juppé a estimé lundi que le mouvement des gilets jaunes "risque de durer parce que le mécontentement est profond", mais le maire de Bordeaux a assuré que le gouvernement n'avait "pas le droit de céder" sur la transition énergétique.

"Céder sur la transition énergétique serait une responsabilité historique vis-à-vis des générations qui nous succèderont, et là on n'a pas le droit de céder", a insisté M. Juppé face à la presse en marge du Conseil municipal, dans une vidéo sur le site Sudouest.fr.

"Le gouvernement est sensible à ce que disent les "gilets jaunes". Cela risque de durer parce que le mécontentement est profond et on voit bien que s'agglomèrent beaucoup d'autres préoccupations" que le coût de l'essence, a expliqué l'ancien Premier ministre, citant "le pouvoir d'achat bien sûr et la situation des retraités".

"Je pense que le gouvernement ferait bien d'être plus attentif à la situation des retraités", a estimé celui qui est considéré comme un mentor du Premier ministre Édouard Philippe. "Il faut se montrer attentif à la situation des plus fragiles", a-t-il conseillé.

"Certains de nos concitoyens n'ont pas d'autres moyens de se déplacer, d'aller au travail que d'utiliser leur voiture individuelle et tous n'ont pas les moyens de la changer, et il faut donc que le gouvernement les aide dans cette transition. Des mesures ont été prises et annoncées; elles peuvent être complétées", a-t-il dit.

Interrogé sur l'attitude à adopter face à des manifestations d'ampleur, M. Juppé, qui fut confronté en 1995 à des grèves et manifestations massives contre son projet de réforme des régimes spéciaux de retraite, a estimé qu'"il faut écouter. Après avoir écouté, il faut prendre les mesures qui sont possibles".