"Gilets jaunes" : "C’est facile de juger ces gens-là quand on est bien nourri, désobéir c’est aussi un sursaut de vie"

Noémie Bonnin
Selon Sandrine Roudaut, auteure et éditrice engagée, la désobéissance est un processus positif, qui permet de "redire quelles sont les valeurs fondamentales de l’humanité".

"C’est facile de juger ces gens-là quand on est assez bien nourri et bien protégé", estime Sandrine Roudaut. Conférencière, elle a écrit deux essais (L'Utopie mode d’emploi et Les suspendues). Elle pense qu’il faut "désobéir pour pouvoir obéir aux lois supérieures de l’humanité, qui sont des lois de fraternité, de justice, de respect du vivant et de solidarité envers les générations futures". Elle veut faire changer de regard sur la désobéissance.

franceinfo : Quel est votre regard sur le mouvement des "gilets jaunes" ?

Sandrine Roudaut : Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait une désobéissance aussi importante et qu’elle viendrait de là, mais j’espérais qu’elle viendrait, parce que c’est un peu un sursaut de l’humanité. On voit dans l’histoire que les gouvernements n’arrivent pas à nous protéger et donc que ce sont des citoyens qui désobéissent pour venir redire quelles sont les valeurs fondamentales de l’humanité, comme les suffragettes par exemple [au début du XXe siècle].

Il faut désobéir pour redire ce qui est important pour nous.

Sandrine Roudaut

à franceinfo

Aujourd’hui, des manifestations se déroulent sans autorisation, des magasins sont cassés, on désobéit beaucoup. Trouvez-vous cela positif ?

Ce qu’il faut d'abord dire, c’est qu’il y a trois types de violences : la violence de certains casseurs et certains (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi