Gilets jaunes : Bourges sera-t-elle l’épicentre de l’acte 9 ?

Paméla Rougerie

La grande manifestation annoncée par Priscillia Ludosky à Bourges samedi n’avait toujours pas été déclarée ce jeudi. Mais la ville se prépare.


Pour cet acte 9 de la mobilisation des Gilets jaunes, pas de Champs-Elysées, d’Hôtel de Ville ou de déambulation dans Paris… C’est à Bourges (Cher) qu’il faudra se rendre samedi prochain, annonce Priscillia Ludosky dans le groupe Facebook « La France en Colère ». La représentante y a posté mardi soir plusieurs informations pratiques sur cette manifestation. Explications.


Pourquoi Bourges et pas Paris ?

C’est la situation géographique de la ville, « au centre de la France », qui semble séduire les organisateurs de cet acte 9. Il « permettra à tous d’être à distance égale en partance des grandes villes », détaillent-ils sur Facebook. D’autres publications, moins suivies, justifiaient cette mobilisation par le nom de la ville, et avaient pour slogan « pas de lutte des classes, tous chez les bourgeois ». L’allusion a vite été raillée, les habitants de Bourges ne se nommant pas les bourgeois mais les Berruyers.

La manifestation n’a pour l’instant pas été déclarée, affirme la préfecture du Cher, qui juge ce rassemblement « dangereux » et présentant « des risques pour la sécurité des participants et organisateurs ». Le rendez-vous est donné à 13 heures en centre-ville pour une allocution avant le départ, à 14 heures, d’une marche qui passera dans plusieurs points de la ville.


Difficile de dire si cette mobilisation se substituera aux habituels rassemblements parisiens. D’autres événements Facebook, qui n’ont pas été créés par le groupe « La France En Colère », invitent encore des Gilets jaunes à se retrouver dans la capitale. L’un des plus suivis d’entre eux (au moins 15 000 personnes « intéressées ») appelle à une mobilisation samedi près de l’Arche de la Défense.

Faut-il s’attendre à une forte mobilisation ?

Comme pour toutes les précédentes manifestations, il est impossible de prévoir précisément le nombre de personnes mobilisées (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

Audrey Michelon et Baptiste Chirié, morts dans l’accident de leur mirage 2000D
Tuerie du musée juif de Bruxelles : Mehdi Nemmouche «impatient de dire sa vérité»
Fusil d’assaut dérobé à Paris : un second suspect mis en examen et écroué
Secte : une gourou en cavale interpellée en Bretagne
Accident du Mirage 2000D : les deux membres d’équipage sont morts