"Gilets jaunes" : le bilan des sanctions judiciaires contre le mouvement

En 2018, en marge des manifestations de "gilets jaunes", des déchaînements de violence inédits ont secoué le pays pendant plusieurs mois. Trois ans plus tard, quel est le bilan des sanctions de la justice contre ce mouvement ? L’essentiel des condamnations impliquant des "gilets jaunes" a eu lieu entre novembre 2018, soit le début de la contestation, et novembre 2019, lorsqu’elle s’est essoufflée. En un an, 3204 condamnations ont été prononcées, dont 2282 peines de prison ferme ou avec sursis, et 900 peines alternatives. Un portrait type des personnes condamnées Tous les "gilets jaunes" condamnés à des peines de prison n’ont pas été incarcérés. Au total, 403 sont assorties d’un mandat de dépôt, et donc d’une incarcération. Ces condamnations ont été prononcées en grande partie pour des outrages à agents, des jets de pierres et des dégradations. Le média Bastamag en a compilé plusieurs centaines. Dans ce document se dessine un portrait type des personnes condamnées, différent de celui des casseurs habituels. La moyenne d’âge se situe entre 35 et 40 ans et ce sont principalement des hommes, sans casier judiciaire.