Gilets jaunes - Article 16, état d'urgence: des notions distinctes, objets des mêmes fantasmes

1 / 2

Gilets jaunes - Article 16, état d'urgence: des notions distinctes, objets des mêmes fantasmes

A deux jours d'un nouveau rassemblement de gilets jaunes projeté à Paris, les rumeurs vont bon train autour d'une hypothétique application de l'article 16, qui confie des pouvoirs exceptionnels au président de la République en cas de crise majeure, et qui est souvent confondu avec la notion d'état d'urgence. 

Il fait l'objet de rumeurs et de fantasmes à l'approche de l'acte 4 des gilets jaunes, redouté par les autorités. Dans certains messages des manifestants sur les réseaux sociaux, revient l'hypothèse d'une application de l'article 16 de la Constitution. Cette rumeur, qui ne repose sur rien de tangible, s'accompagne souvent d'une approximation, mêlant l'article 16 et la notion d'état d'urgence. Dans une vidéo diffusée sur Facebook, Maxime Nicolle, dit "Fly rider" sur les réseaux sociaux, a ainsi déclaré que l'exécutif souhaitait mettre les Français "en état d'urgence", grâce à l'article 16 de la Constitution, qui donne les pleins pouvoirs au président.

La piste de l'état d'urgence écartée à ce stade

Il s'agit là de deux choses différentes et aucune d'entre elles ne semble destinée à être appliquée prochainement. L'état d'urgence, réclamé ces jours-ci par le patron des Républicains, Laurent Wauquiez, a paru un temps envisagé cependant. Dimanche, au lendemain de la manifestation chaotique à Paris autour de l'Arc de triomphe, le porte-parole du gouvernement expliquait que "toutes les options devaient être étudiées". La veille, Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, avait évoqué la question de l'état d'urgence, en posant qu'il n'avait aucun "tabou". Cependant, cette piste a été enterrée lundi par Laurent Nunez, secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'Intérieur,...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi