Les gilets jaunes abasourdis par la conférence de presse de Macron

Anthony Berthelier
Emmanuel Macron gilets jaunes

POLITIQUE - Des mesures “wahou” à l’effet plouf. Après plusieurs mois de grand débat national, vingt-trois samedis de manifestations, Emmanuel Macron a livré ce jeudi 25 avril ses conclusions et formulé plusieurs propositions. Plus de deux heures de conférence de presse au cours desquelles le chef de l’État a promis d’améliorer le référendum d’initiative partagé, de ré-indexer les petites retraites sur l’inflation ou encore une baisse d’impôt chiffrée à cinq milliards d’euros.

Une série d’annonces qui n’a pas franchement satisfait les oppositions et encore moins les gilets jaunes qui n’attendaient pas grand chose du président de la République. Tous, ou presque, avaient conscience qu’Emmanuel Macron n’accéderait pas à leurs principales revendications, à savoir le référendum d’initiative citoyenne, le retour de l’ISF ou la suppression de la TVA pour les produits de première nécessité. 

Sur les réseaux sociaux comme sur les plateaux de télévision, ces Français en colère qui secouent le pays depuis le 17 novembre -et ont permis de mettre en lumière “des vies oubliées” selon l’aveu d’Emmanuel Macron- ne se gênent pas pour dire toute leur colère. “On est tous d’accord pour dire qu’on sait où on passera notre prochain samedi”, a par exemple commenté Maxime Nicolle, un des leaders médiatiques de la contestation, sur sa page Facebook “Fly Rider infos blocage” quelques secondes après la fin du rendez-vous présidentiel. 

“Qui arrive à comprendre Mr Macron???”

Dans le détail, la première critique faite au chef de l’État porte sur la forme. Les gilets jaunes n’ont visiblement pas saisi toute la teneur du discours du président de la République, qui oscillait entre propositions concrètes et grandes envolées théoriques assez floues. “Tout est repoussé, tout est vague, rien n’est précis, donc samedi on lui montrera que nous aussi on sait faire les choses en profondeur et le 1er mai aussi”, a également réagi Maxime Nicolle. 

Sur les pages Facebook dédiées au mouvement, véritable agora...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post