Des "gilets jaunes" ont-ils été fichés par des hôpitaux parisiens depuis le début du mouvement ?

franceinfo avec AFP
Selon plusieurs témoignages, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a demandé aux personnels soignants de "saisir les identités" des blessés un jour de manifestation.

Malaise à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Un "gilet jaune" hospitalisé après une manifestation a porté plainte, vendredi 19 avril, pour "collecte illicite de données à caractère personnel" et "violation du secret professionnel" après des révélations de presse sur le fichage des "gilets jaunes" blessés. Plusieurs témoins expliquent que l'AP-HP leur a demandé de renseigner les noms des manifestants blessés dans un fichier habituellement réservé aux attentats. Franceinfo fait le point sur l'affaire.

Que reproche-t-on à l'AP-HP ?

L'affaire, déjà évoquée en janvier par Mediapart, a rebondi mercredi 17 avril avec un article du Canard enchaîné. L'hebdomadaire publie un message envoyé par un administrateur du groupe hospitalier indiquant qu'"il est indispensable de saisir les identités des victimes en temps réel dans [le fichier] SiVic".

Urgentiste à l'Hôtel-Dieu, le médecin Gérard Kierzek raconte à franceinfo : "J'étais de perm le samedi, j'entends l'équipe paramédicale qui raccroche avec le cadre de santé, qui leur dit 'Vous appelez l'administrateur de garde quand vous avez des 'gilets jaunes''. Elles raccrochent en disant 'Comme d'habitude'."

C'est de la délation qu'on nous demande de faire, je l'ai pris comme ça.

L'urgentiste Gérard Kierzek

à franceinfo

Un (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi