Gilbert Rozon visé par une quatrième plainte

·1 min de lecture
Annick Charette réclame 1,3 million de dollars canadiens (880 000 euros) à l'ancien producteur, selon une requête déposée au palais de justice de Montréal.
Annick Charette réclame 1,3 million de dollars canadiens (880 000 euros) à l'ancien producteur, selon une requête déposée au palais de justice de Montréal.

Gilbert Rozon est dans la tourmente. Une quatrième Canadienne poursuit au civil l'ancien magnat de l'humour québécois Gilbert Rozon, qu'elle accuse de l'avoir violée en 1980, dernière plainte du genre en un peu plus de deux mois contre le fondateur du festival Juste pour rire, ont annoncé, mercredi 23 juin, les avocats de la plaignante. Annick Charette réclame 1,3 million de dollars canadiens (880 000 euros) à l'ancien producteur, selon une requête déposée au palais de justice de Montréal.

Depuis avril, trois autres Québécoises, Lyne Charlebois, Patricia Tulasne et Danie Frenette, ont aussi poursuivi au civil l'ex-juré de l'émission La France a un incroyable talent. Annick Charette avait porté plainte au pénal contre l'ex-producteur québécois, 66 ans, finalement acquitté en décembre à Montréal des accusations de viol et d'attentat à la pudeur pour lesquelles il encourait une peine de prison.

À LIRE AUSSIGilbert Rozon : au moins 9 femmes l'accusent d'agressions sexuelles

Vague d'accusations en plein mouvement #MeToo

La juge Mélanie Hébert avait alors estimé qu'elle ne pouvait conclure à la culpabilité de Gilbert Rozon « hors de tout doute raisonnable ». Dans la poursuite au civil consultée par l'Agence France-Presse, Annick Charette soutient que Gilbert Rozon a « menti » lorsqu'il a nié sa version des faits lors du procès criminel « en inventant de toutes pièces un scénario qui inversait les rôles ». « Un scénario grotesque » dans lequel c'est elle « qui était [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles