Gilbert Collard : "Des méthodes de gougnafiers !"

·2 min de lecture

Le député européen du Rassemblement national a appris son éviction de la commission nationale d’investiture du RN par la presse. Coup de gueule. 

Paris Match. Comment avez-vous appris que vous écarté de la Commission nationale d’investiture, un organisme stratégique du Rassemblement national ?
Gilbert Collard.Par un journaliste qui voulait connaître ma réaction. « Ma réaction à quoi ? » lui ai-je rétorqué. J’étais hors de moi. J’ai le sang chaud. Je ne suis pas marseillais pour rien. Qu’il y ait des remaniements de temps en temps à l’intérieur d’un parti, c’est dans l’ordre des choses. Surtout à l’approche d’échéances électorales importantes. Nous devons préparer les régionales et les départementales de 2021. C’est un énorme chantier : Il va falloir trouver plusieurs milliers de candidats pour figurer sur les listes régionales. Mais lorsque dans des décisions sont prises, qu’une réorganisation est décidée et qu’il y a des changements de personne, le minimum c’est que les intéressés soient prévenus ! Mettre les formes, c’est la base...

Vous n’étiez pas très assidu à cette commission nationale d’investiture ?
Oui c’est parfaitement vrai. Je crois que j’y suis allé une fois en 7 ans. Peut-être deux. Ce genre de séances interminables, ça m’emmerde. Pour moi une bonne réunion est une réunion qui n’excède pas 30mn. Alors vous m’imaginez passer quatre heures dans une pièce à parler d’un tel ou d’un tel. Franchement…J’ai autre chose à faire. Je comprends que Marine Le Pen ait voulu me remplacer par quelqu’un de plus investi. Mais elle aurait au moins pu me prévenir. Décrocher son téléphone. On se connait depuis tellement d’années. Un peu de courtoisie ne nuit pas.

"

Ce sont des petits règlements de compte minables.

"

Avez-vous eu une explication de la présidente du Rassemblement national ?
Et comment ! je lui au téléphoné dans la foulée. J’étais d’autant(...)


Lire la suite sur Paris Match